Macron répond à une femme voilée qui ne trouve pas de travail dans l'administration

Macron répond à une femme voilée qui ne trouve pas de travail dans l'administration© Nicolas Tucat Source: AFP
Emmanuel Macron lors du Grand débat national avec les femmes à Pessac le 28 février 2019.

Durant une séance du grand débat national, le président a rappelé que les employeurs du secteur privé n'avaient pas le droit de rejeter une candidature à cause du port du hijab, et que les contrôles contre cette discrimination seraient renforcés.

En Gironde, où il se trouvait à l'occasion du grand débat national le 28 février, Emmanuel Macron a été interpellé par une musulmane voilée qui l'a interrogé sur le port du hijab au sein de l'entreprise. Le président a assuré que le voile ne devait en aucune façon constituer un frein à l'embauche dans le secteur privé.

Alors qu'elle lui demandait de spécifier les règles relatives au port du voile dans le cadre professionnel, le président français a d'abord rappelé que l'Etat se devait de rester «neutre», conformément à la loi sur la laïcité de 1905, et que nul n'avait le droit de porter «des signes religieux qui sont visibles» dans le cadre d'un emploi dans le service public.

Si parce que vous portez un foulard vous n’êtes pas embauchée, [...] c’est une discrimination à l’embauche et il faut le dénoncer

Concernant le secteur privé, Emmanuel Macron a déclaré : «Un foulard simple, comme celui que vous portez, est un foulard qui n'est absolument pas interdit pour être embauchée dans une entreprise privée.» «Si parce que vous portez un foulard vous n’êtes pas embauchée, [...] c’est une discrimination à l’embauche et il faut le dénoncer, et c'est sanctionné par la loi. Nous avons renforcé les contrôles», a-t-il ajouté.

Emmanuel Macron avait déjà précisé ce qu'il pensait du voile islamique lors d'une interview de Jean-Jacques Bourdin et Edwy Plenel en avril 2018. Il avait estimé qu'il n'était «pas conforme à la civilité qu'il y a dans notre pays, c'est à dire au rapport qu'il y a entre les hommes et les femmes». «Nous sommes attachés, et c’est républicain, c'est même révolutionnaire, à cette égalité entre l'homme et la femme. Citoyen, citoyenne. Et donc nous ne comprenons pas qu'il y ait cette différence, cette distance, cette séparation», avait-il conclu, tout en excluant l'idée d'interdire le port du hijab dans la rue.

Lire aussi : Decathlon finit par renoncer à la commercialisation en France de son hijab de sport

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

En cliquant sur chaque option, vous pouvez contrôler l'activation ou la désactivation du dépôt des cookies et de la création des profils : le bandeau de couleur indique si le dépôt de cookies et la création de profils sont autorisés (vert) ou refusés (rouge). Les cookies techniques (cookies de session, d'authentification et de sécurité) sont indispensables au bon fonctionnement de nos services et ne peuvent être désactivés.
OK

Ce site utilise des cookies.

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation, de la part de RT France et de tiers, de cookies et autres traceurs à des fins de mesure d'audience, partage avec les réseaux sociaux, personnalisation des contenus, profilage et publicité ciblée. Pour paramétrer l’utilisation des cookies veuillez accéder dans la rubrique «Paramétrer vos choix» et pour plus d’informations, nous vous invitons à consulter la rubrique «Politique de Confidentialité»