La secrétaire d'Etat à l'Ecologie prise en excès de vitesse en plein pic de pollution

La secrétaire d'Etat à l'Ecologie prise en excès de vitesse en plein pic de pollution© Eric FEFERBERG Source: AFP
Emmanuelle Wargon et François de Rugy à l'Assemblée nationale pour les questions au gouvernement, le 17 octobre 2018 (image d'illustration).

Prise «dans l'urgence de l'agenda», Emmanuelle Wargon était pressée de rejoindre Paris. Son véhicule avec chauffeur a été contrôlé à 40km/h au-dessus de la vitesse autorisée sur l'autoroute A1, limitée à 110km/h en raison d'un pic de pollution.

De retour d'un déplacement dans les Hauts-de-France le 21 février, le véhicule de la secrétaire d'Etat à la Transition écologique, Emmanuelle Wargon, a été contrôlé par des policiers à 150km/h sur l'autoroute A1 alors qu'un pic de pollution ramenait la limite de vitesse autorisée à 110km/h. Le chauffeur de la secrétaire d'Etat se trouvait au volant lorsque des policiers ont effectué ce contrôle.

Cité par Ouest-France, l'un d'eux a déclaré : «C’était indiqué en gros sur tous les panneaux de signalisation et répété en boucle à la radio, sur 107.7. Dans l’absolu, seuls les véhicules des forces de l’ordre et de secours ne sont pas concernés par cette mesure.» Ces décisions de changement des limitations de vitesse en raison de la pollution sont prises par les préfets selon des critères précis en matière de pollution.

Ils ont dû rouler vite car ils étaient pris dans l’urgence de l’agenda

Et Ouest-France de livrer les détails d'une circulaire du ministère de la Transition écologique et solidaire en date du 11 avril 2018 : «Dès la prise de décision de réduire les vitesses maximales autorisées [les différentes directions régionales liées à l’environnement, et rattachées au préfet, doivent] adresser au ministère chargé de l’environnement une fiche décrivant, pour chacune de ces deux mesures, le périmètre retenu et les règles associées (les dérogations existantes, les réductions de vitesse retenues, etc.).» 

Le cabinet de Wargon a réagi à la publication dans la presse

Après que l'excès de vitesse du chauffeur de la secrétaire d'Etat a été révélé dans la presse, le cabinet de cette dernière a réagi et a fait savoir à Ouest-France : « Il y avait un pic de pollution et nous n’étions pas au courant. C’est une erreur de notre part. La ministre va régler l’amende dès qu’elle la recevra. Ils ont dû rouler vite car ils étaient pris dans l’urgence de l’agenda mais ce n’est de toute façon pas une excuse.»

La ministre va régler l’amende dès qu’elle la recevra

Le cabinet a également assuré qu’il «redoublerait de vigilance pour que cela ne se reproduise plus.»

Lire aussi : Alain Juppé au Conseil constitutionnel : la République exemplaire en marche ?

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

En cliquant sur chaque option, vous pouvez contrôler l'activation ou la désactivation du dépôt des cookies et de la création des profils : le bandeau de couleur indique si le dépôt de cookies et la création de profils sont autorisés (vert) ou refusés (rouge). Les cookies techniques (cookies de session, d'authentification et de sécurité) sont indispensables au bon fonctionnement de nos services et ne peuvent être désactivés.
OK

Ce site utilise des cookies.

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation, de la part de RT France et de tiers, de cookies et autres traceurs à des fins de mesure d'audience, partage avec les réseaux sociaux, personnalisation des contenus, profilage et publicité ciblée. Pour paramétrer l’utilisation des cookies veuillez accéder dans la rubrique «Paramétrer vos choix» et pour plus d’informations, nous vous invitons à consulter la rubrique «Politique de Confidentialité»