Selon le patron de la DGSI, l'étranger voudrait amplifier les Gilets jaunes avec des fake news

Selon le patron de la DGSI, l'étranger voudrait amplifier les Gilets jaunes avec des fake news© Stéphane de Sakutin Source: AFP
Le nouveau patron de la DGSI Nicolas Lerner le 5 Novembre 2018.

Interrogé à propos de l'enquête sur une prétendue ingérence russe dans le mouvement des Gilets jaunes, Nicolas Lerner, nouveau patron de la DGSI, a botté en touche, estimant que des agents étrangers auraient «intérêt» à propager des contre-vérités.

Nommé mi-octobre à la tête de la Direction générale de la sécurité intérieure (DGSI), Nicolas Lerner a été interrogé par le quotidien Le Parisien le 18 février sur le déroulement de l'enquête du renseignement intérieur sur une supposée ingérence russe dans le mouvement des Gilets jaunes. Sans aborder frontalement le prétendu rôle joué par Moscou, malgré la question du journaliste sur ce point précis, il a estimé : «Certains, en France ou depuis l’étranger, ont indéniablement intérêt à tenter de mettre en difficulté le gouvernement et le chef de l’Etat à l’occasion du mouvement en amplifiant les "fake news" et en propageant des contre-vérités.»

Il n'a apporté ni élément de preuve, ni précision sur l'identité de ceux qui seraient soupçonnés de vouloir gonfler l'importance du mouvement. Nicolas Lerner, qui n'a pas non plus donné d'exemples de fausses informations qui auraient été propagées, a poursuivi : «De telles ingérences ne sont pas acceptables.»

Une enquête visant la médiatisation des Gilets jaunes

Début décembre, Le Parisien révélait que le Secrétariat général de la défense nationale, organisme dépendant du Premier ministre français, avait été chargé de coordonner une enquête sur la présumée amplification, depuis l'étranger, de la colère du mouvement citoyen, notamment au travers des réseaux sociaux. Elle partirait du postulat que de faux comptes, «liés à la Russie», chercheraient à faire croître le mouvement. Cette présumée information avait été diffusée par le journal britannique The Timesqui citait une analyse de la société de cyber-sécurité New Knowledge.

Une source proche de l'enquête citée en décembre par Le Parisien se montrait pourtant plus prudente, affirmant qu'«aucun élément objectif» ne permettait d'établir un lien entre Moscou et l'intérêt pour le mouvement citoyen, notamment sur la toile.

Lors d'une entrevue avec des journalistes rapportée début février par Le Point, le président de la République en personne s'était montré persuadé que les Gilets jaunes radicalisés auraient été «conseillés» par l'étranger. «La Russie de Poutine, à travers Russia Today ou Sputnik, affleure [dans le discours d'Emmanuel Macron]», écrivait le journaliste Emmanuel Berretta. «Le président de la République pointe la responsabilité des médias, leur "naïveté" face à ce qu'il considère comme une manipulation des extrêmes, avec le concours d'une puissance étrangère», poursuivait-il. Et Emmanuel Berretta de citer le président : «Dans l'affaire Benalla comme pour les Gilets jaunes, la fachosphère, la gauchosphère, la russosphère représentent 90% des mouvements sur internet.»

«Les structures autoritaires nous regardent en se marrant. Il ne faut pas se tromper. On est d'une naïveté extraordinaire», aurait encore déclaré Emmanuel Macron, toujours selon Le Point. «De plus en plus, des chaînes d'information disent : "Ceci est important, ceci est légitime parce qu'il y a du mouvement sur internet." Ce mouvement est fabriqué par des groupes qui manipulent, et deux jours après, ça devient un sujet dans la presse quotidienne nationale et dans les hebdos», avait-il critiqué.

Les Gilets jaunes sont-ils rattrapés par les extrêmes ?

Autre sujet abordé par Nicolas Lerner lors de son interview du 18 février au Parisien : l'éventuelle récupération du mouvement apolitique des Gilets jaunes par des courants politiques extrêmes, un élément sur lequel insistent régulièrement les membres de l'exécutif. Le chef du renseignement intérieur s'est pourtant montré moins catégorique : «A aucun moment les groupes ultras n’ont réussi à prendre le leadership sur ce mouvement, même s’ils voient en lui une opportunité de s’en prendre aux symboles de la République, qui sont leurs cibles habituelles.»

Il a affirmé que le renseignement suivait actuellement environ un millier de profils d'ultradroite et environ 2 000 d'ultragauche.

Lire aussi : «Interdire à des brutes de casser» : Castaner se félicite de la loi anticasseurs

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies. Cliquez ici pour en savoir plus.

Accepter