«Interdire à des brutes de casser» : Castaner se félicite de la loi anticasseurs

«Interdire à des brutes de casser» : Castaner se félicite de la loi anticasseurs© Ludovic Marin
Le ministre de l'Intérieur Christophe Castaner.

Dans un entretien au Parisien, le ministre de l'Intérieur Christophe Castaner rappelle que la loi anticasseurs est une initiative de l'opposition, en l'occurrence des Républicains, et se félicite de son adoption en réfutant son caractère liberticide.

Le ministre de l'Intérieur Christophe Castaner a accordé un entretien au Parisien ce 7 février, dans lequel il revient notamment sur les polémiques autour de la loi anticasseurs, votée par l'Assemblée nationale le 5 février mais contestée jusque dans les rangs de la majorité, dont 50 députés se sont abstenus.

S'il concède qu'il y a eu «des inquiétudes», le ministre de l'Intérieur assure que la pédagogie et les discussions suffiront à les lever. «Je suis profondément convaincu que cette loi n’est pas liberticide», martèle-t-il, rappelant qu'elle prévoit qu'un préfet puisse interdire à une personne dont le comportement a gravement troublé l’ordre public à une manifestation de venir à la suivante, sur la base de constats établis.

Selon Christophe Castaner, l'incompréhension autour de la loi provient avant tout d'une polarisation politique qu'il entend vouloir dépasser. «Il faut dépasser les clichés sur les questions de sécurité consistant à dire "on est liberticide quand on est de droite", "laxiste quand on est de gauche"», explique-t-il.

«C’est une des rares fois dans l’histoire récente qu’un gouvernement travaille sur une proposition de loi venant d’un groupe d’opposition», se félicite le ministre. C'est en effet le sénateur Les Républicains Bruno Retailleau qui est à l'origine du texte.

Le ministre se veut rassurant, rappelant que possibilité sera laissée au juge de valider ou de refuser l'interdiction prononcée par l'autorité exécutive. «Il s’agit simplement d’interdire à des brutes de casser», assure-t-il encore.

Le texte, qui a soulevé de nombreuses critiques ces dernières semaines, a été voté par 387 voix contre 92. La grande majorité des députés LREM et MoDem, ainsi que des LR et UDI ont voté pour, l'ensemble de la gauche s'est prononcé contre. Le texte sera examiné au Sénat en deuxième lecture le 12 mars, le gouvernement souhaitant une adoption définitive rapide dans le contexte des manifestations récurrentes des Gilets jaunes.

Lire aussi : «On met le doigt dans un engrenage» : un député LREM ne votera pas la loi anti-casseurs en l'état

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

En cliquant sur chaque option, vous pouvez contrôler l'activation ou la désactivation du dépôt des cookies et de la création des profils : le bandeau de couleur indique si le dépôt de cookies et la création de profils sont autorisés (vert) ou refusés (rouge). Les cookies techniques (cookies de session, d'authentification et de sécurité) sont indispensables au bon fonctionnement de nos services et ne peuvent être désactivés.
OK

Ce site utilise des cookies.

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation, de la part de RT France et de tiers, de cookies et autres traceurs à des fins de mesure d'audience, partage avec les réseaux sociaux, personnalisation des contenus, profilage et publicité ciblée. Pour paramétrer l’utilisation des cookies veuillez accéder dans la rubrique «Paramétrer vos choix» et pour plus d’informations, nous vous invitons à consulter la rubrique «Politique de Confidentialité»