Changement de cap ? Un expert de BFM TV remet en cause les chiffres officiels sur les Gilets jaunes

Changement de cap ? Un expert de BFM TV remet en cause les chiffres officiels sur les Gilets jaunes© Christian Hartmann Source: Reuters
Un micro de BFMTV dans la cour de l'Elysée, enmars 2016 (image d'illustration).

Expert police pour BFM TV, Dominique Rizet a de nouveau remis en doute les chiffres de l'Intérieur sur les Gilets jaunes. Très critiquée par les manifestants, la chaîne dit en parallèle vouloir évoluer dans un souci d'«apaisement des tensions».

Autocritique ou changement de stratégie ? Le 16 février, l'expert police de la chaîne BFM TV Dominique Rizet a livré son sentiment sur le chiffre de 41 500 manifestants en France lors de l'acte 14 des Gilets jaunes, donné par le ministère de l'Intérieur. «On a toujours eu des doutes, on s'est toujours posé des questions [...] Quand on relayait des chiffres qui nous étaient donnés par le ministère de l'Intérieur, on a toujours bien compris qu'il y avait beaucoup plus de monde que cela», a-t-il déclaré. L'animateur de la chaîne lui avait auparavant lancé : «On a un petit doute sur les chiffres du ministère de l'Intérieur, tout de même...»

Ce n'est pas la première fois que Dominique Rizet émet ses doutes. Dès le 24 novembre, le journaliste avait réagi à l'annonce par Christophe Castaner de 106 000 manifestants dans toute la France pour l'acte 2 du mouvement : «Franchement, ça paraît peu.»

Les chiffres donnés par le ministère de l'Intérieur sont régulièrement remis en question par les Gilets jaunes. Une autre source, plus proche des manifestants mais qui détaille toutefois de façon méthodique son comptage, est apparue avec la page Facebook «Le Nombre jaune - Compteur de MANUfestations».

Très vivement critiquée par les Gilets jaunes pour sa façon de relater les actes des Gilets jaunes depuis le mois de novembre 2018, la chaîne serait-elle en train de faire son mea culpa ? La vindicte populaire a-t-elle été entendue par les grands médias français ?

BFM TV veut évoluer pour «apaiser les tensions»

Une dépêche du quotidien spécialisé dans l'audiovisuel Satellifax datée du 15 février laisse à penser que BFM TV a visiblement décidé de prendre en compte les reproches qui lui sont adressés par les Gilets jaunes à propos de la couverture du mouvement. Mais pour quelle raison ?

«BFM TV a un rôle à jouer dans l’apaisement des tensions. [...] Nous allons faire plein de choses différemment», a expliqué la directrice de la rédaction, Céline Pigalle à l'occasion d'un petit-déjeuner de l'Association des journalistes médias (AJM). 

Des propos qui rappellent, en creux, ceux qui avaient été tenus par la direction du Conseil supérieur de l'audiovisuel (CSA) lors d'une réunion de travail le 10 janvier à laquelle les responsables des chaînes d'actualité avaient été conviés, dont ceux de RT France. Selon l'appréciation du directeur de la communication de RT France, Lorenzo Ricci, les chaînes françaises avaient alors été invitées à «calmer un peu le jeu» dans leur traitement médiatique du mouvement des Gilets jaunes.

«Mettre fin à l'effet hypnotique»

Le directeur général du groupe BFM TV Hervé Beroud a pour sa part affirmé : «Nous allons faire un gros travail sur les images violentes. Nous n’allons pas arrêter de monter des images violentes, mais elles seront plus encadrées. La séquence du boxeur [frappant un gendarme] a été un déclencheur. Elle a été re-re-rediffusée, il faut qu’on sorte de cette logique. Cette image n’apparaîtra plus en habillage.» La directrice de la rédaction a également assuré vouloir «mettre fin à l'effet hypnotique» des «boucles d'images devenues insupportables».

BFM TV a un rôle à jouer dans l’apaisement des tensions

Poursuivant son exercice de haute-voltige dialectique, Céline Pigalle a ensuite repris : «Nous voulons avoir plus de caractères, pour avoir des titres à la fois précis nuancés, mais en même temps forts.» Comprenne qui pourra. Plus attendu, BFM TV assure également que le panel d'«experts» sera modifié avec «des gens qui expriment des choses différentes [afin] que les éditorialistes et les experts ne représentent pas une mince partie de la population, soient une image plus fidèle du pays.»

Lire aussi : Bobards d'or 2019 : Gilets jaunes et chasse au tigre de Poutine mis à l'honneur

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies. Cliquez ici pour en savoir plus.

Accepter