L'antisémitisme, «c'est le cœur du mouvement» des Gilets jaunes, selon BHL

L'antisémitisme, «c'est le cœur du mouvement» des Gilets jaunes, selon BHL© Charles Platiau Source: Reuters
Bernard-Henri Lévy (image d'illustration).

Réagissant au flot d'insultes adressées à Alain Finkielkraut lors de l'acte 14 des Gilets jaunes, Bernard-Henri Lévy a estimé que l'antisémitisme n'était pas aux marges du mouvement citoyen, précisant : «C'est le cœur du mouvement.»

A l'antenne d'Europe 1 ce 18 février, l'écrivain Bernard-Henri Lévy a réagi aux injures adressées à Alain Finkielkraut lors de son apparition aux abords du cortège parisien des Gilets jaunes, à l'occasion du quatorzième acte de la mobilisation le 16 février.

Lire aussi : «Bête immonde», «infâme», «intolérable» : les politiques condamnent l'agression d'Alain Finkielkraut

«On ne peut malheureusement pas dire que l'antisémitisme est aux marges du mouvement [...] c'est le cœur du mouvement», a estimé le philosophe à la chemise ouverte, précisant qu'il ne considérait pas le mouvement comme «intrinsèquement antisémite», mais qu'«il serait temps que [les Gilets jaunes] se manifestent fortement pour dire "pas en notre nom"». En effet, Bernard-Henri Lévy a déploré la rhétorique du «mais» dans les actuelles condamnations. «Il n'y a pas de mais», a-t-il déclaré.

«Barre-toi, sioniste de merde», «Bâtard», «La France elle est à nous !» : le 16 février, plusieurs manifestants apostrophaient violemment le philosophe Alain Finkielkraut en ces termes alors qu'il se trouvait à quelques mètres de la manifestation parisienne des Gilets jaunes. Relatant le flot d'insultes lancées à son encontre, l’académicien avait pour sa part livré une version des faits dans laquelle il a tenu à ne pas associer ses agresseurs aux «Gilets jaunes d'origine».

Lire aussi : Pas des «Gilets jaunes d'origine» : violemment insulté, Finkielkraut pointe du doigt un «islamiste»

Alors que l'épisode a rapidement provoqué une avalanche de réactions, le porte-parole du gouvernement Benjamin Griveaux a déploré qu'Alain Finkielkraut se soit fait huer «aux cris de "sale juif"». Mais le philosophe lui-même a assuré ne pas avoir été insulté de la sorte, selon la plateforme CheckNews de Libération.

Quoi qu'il en soit, le parquet de Paris a ouvert le 17 février une enquête sur les injures adressées à Alain Finkielkraut.

Lire aussi : Alain Finkielkraut injurié : l'un des offenseurs aurait évolué dans la mouvance islamiste

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies. Cliquez ici pour en savoir plus.

Accepter