Alain Finkielkraut injurié : l'un des offenseurs aurait évolué dans la mouvance islamiste

Alain Finkielkraut injurié : l'un des offenseurs aurait évolué dans la mouvance islamiste© Joël SAGET Source: AFP
Alain Finkielkraut en 2015 à Paris.

L'un des manifestants ayant injurié Alain Finkielkraut lors de l'acte 14 des Gilets jaunes a été «signalé comme évoluant dans la mouvance islamiste en 2014», selon Le Parisien, qui précise cependant qu'il n'est pas fiché au FSPRT.

Après que le secrétaire d'Etat auprès du ministre de l'Intérieur, Laurent Nunez, a annoncé sur BFM TV le 17 février qu'un des manifestants ayant injurié Alain Finkielkraut lors de l'acte 14 des Gilets jaunes à Paris avait été identifié, Le Parisien a précisé ce même jour que l'individu était connu des services de renseignement pour islamisme présumé.

Signalé aux services en 2014

«Selon nos informations, cet individu serait connu des services de renseignement pour radicalisation : il avait été signalé comme évoluant dans la mouvance islamiste en 2014», lit-on dans le quotidien, qui précise que l'homme n’est pas suivi au titre du fichier des signalements pour la prévention de la radicalisation à caractère terroriste (FSPRT). Ce fichier contenait en 2018 près de 20 000 noms de personnes signalées pour leur radicalisation religieuse, mais aussi de personnes considérées comme «en veille» par les services, autrement dit ne représentant plus de danger mais restant dans le fichier pendant cinq ans. 

Au lendemain de son agression, sur la chaîne LCI, Alain Finkielkraut a évoqué la «rhétorique islamiste» d'un des hommes lui ayant fait face.

«Il y en a un en plus, avec une légère barbe, qui me dit [...] : "Tu es un haineux, tu vas mourir, Dieu va te punir". C’est la rhétorique islamiste. Elle était là.», a expliqué l'académicien de 69 ans. Le philosophe n'a par ailleurs pas décrit les personnes qui l'ont invectivés comme des «Gilets jaunes d'origine», mais des individus «difficilement situables, un mélange de gens de banlieues, de l'extrême gauche et peut-être des soraliens».

Il a expliqué au Parisien qu'il n'avait «aucune envie d’aller à la manifestation» mais s'était retrouvé face à ces manifestants hostiles alors qu'il rentrait chez lui à pied boulevard du Montparnasse. La vidéo postée sur les réseaux sociaux où on le voit être copieusement insulté avait provoqué un tollé sur les réseaux sociaux, nombre de personnalités médiatiques et politiques ayant dénoncé le caractère antisémite de l'agression. Quant à Alain Finkielkraut, il a annoncé de son côté qu'il le porterait pas plainte. La Ligue internationale contre le racisme et l'antisémitisme (LICRA), a, elle, annoncé sur Twitter saisir la justice. 

De son côté, le parquet de Paris a ouvert une enquête pour «injure publique en raison de l’origine, l’ethnie, la nation, la race ou la religion». 

Lire aussi : Mélenchon, Le Pen et Dupont-Aignan ont-ils été exclus de la marche contre l'antisémitisme

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

En cliquant sur chaque option, vous pouvez contrôler l'activation ou la désactivation du dépôt des cookies et de la création des profils : le bandeau de couleur indique si le dépôt de cookies et la création de profils sont autorisés (vert) ou refusés (rouge). Les cookies techniques (cookies de session, d'authentification et de sécurité) sont indispensables au bon fonctionnement de nos services et ne peuvent être désactivés.
OK

Ce site utilise des cookies.

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation, de la part de RT France et de tiers, de cookies et autres traceurs à des fins de mesure d'audience, partage avec les réseaux sociaux, personnalisation des contenus, profilage et publicité ciblée. Pour paramétrer l’utilisation des cookies veuillez accéder dans la rubrique «Paramétrer vos choix» et pour plus d’informations, nous vous invitons à consulter la rubrique «Politique de Confidentialité»