Pas des «Gilets jaunes d'origine» : violemment insulté, Finkielkraut pointe du doigt un «islamiste»

Pas des «Gilets jaunes d'origine» : violemment insulté, Finkielkraut pointe du doigt un «islamiste»© Benoit Tessier Source: Reuters
Le philosophe et académicien Alain Finkielkraut à la bibliothèque de l'Institut de France, le 1er décembre 2016 (image d'illustration).

Pris à partie lors de la manifestation des Gilets jaunes, l’académicien a livré sa version des faits. Il dénonce l'islamisme présumé d'un de ses offenseurs et évoque «un mélange de gens de banlieues, de l'extrême gauche et peut-être des soraliens».

A l’occasion de son passage sur LCI ce 17 février, Alain Finkielkraut est revenu sur l'agression verbale dont il avait été victime la veille, en marge de l’acte 14 des Gilets jaunes à Paris. Revenant sur l’incident, l’académicien a décrit l’un de ses agresseurs : «Il y en a un en plus, avec une légère barbe, qui me dit [...] : "Tu es un haineux, tu vas mourir, Dieu va te punir". Cela c’est la rhétorique islamiste. Et elle était là.»

Lire aussi : «Bête immonde», «infâme», «intolérable» : les politiques condamnent l'agression d'Alain Finkielkraut

Sur l’une des nombreuses vidéos relayées sur les réseaux sociaux, on peut en effet apercevoir un homme, portant une légère barbe lui lancer non sans rage : «Elle est à nous la France, espèce de raciste, espèce de haineux [...], tu vas mourir, tu vas aller en enfer, Dieu va te punir, le peuple va te punir.»

Au milieu de l'émotion unanime qu'a suscité l'incident, nombre de personnalités politiques n’ont pas pris le soin de dissocier les personnes à l’origine de cette altercation de l’ensemble des membres du mouvement.

Pas des «Gilets jaunes d'origine»

Alain Finkielkraut, lui n’a pas associé ses agresseurs aux «Gilets jaunes d'origine». «C'est un groupe de gens politiquement difficilement situables, un mélange de gens de banlieues, de l'extrême gauche et peut-être des soraliens», estime-t-il avant d’ajouter qu’il a été «l'un des seuls intellectuels à avoir soutenu le mouvement à ses débuts» et qu'il n'aurait «pas subi ça sur les ronds-points».

Au lendemain de cet incident, le parquet de Paris a annoncé avoir ouvert une enquête pour «injure publique en raison de l’origine, l’ethnie, la nation, la race ou la religion, par parole, écrit, image ou moyen de communication électronique». La Brigade de répression de la délinquance à la personne (BRDP) a été chargée de mener les investigations. Alain Finkielkraut a pour sa part fait savoir qu'il n'envisageait pas de porter plainte.

Lire aussi : Acte 14 : après trois mois, la mobilisation des Gilets jaunes se poursuit (EN CONTINU)

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

En cliquant sur chaque option, vous pouvez contrôler l'activation ou la désactivation du dépôt des cookies et de la création des profils : le bandeau de couleur indique si le dépôt de cookies et la création de profils sont autorisés (vert) ou refusés (rouge). Les cookies techniques (cookies de session, d'authentification et de sécurité) sont indispensables au bon fonctionnement de nos services et ne peuvent être désactivés.
OK

Ce site utilise des cookies.

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation, de la part de RT France et de tiers, de cookies et autres traceurs à des fins de mesure d'audience, partage avec les réseaux sociaux, personnalisation des contenus, profilage et publicité ciblée. Pour paramétrer l’utilisation des cookies veuillez accéder dans la rubrique «Paramétrer vos choix» et pour plus d’informations, nous vous invitons à consulter la rubrique «Politique de Confidentialité»