Main arrachée à Paris : «2 doigts immédiatement pris en charge», analyse un député LREM

Main arrachée à Paris : «2 doigts immédiatement pris en charge», analyse un député LREM© Gonzalo Fuentes Source: Reuters
Le manifestant gravement touché à la main est évacué après avoir reçu les premiers soins, le 9 février 2019 à Paris.

Réagissant à un article d'Europe 1 à propos du manifestant ayant eu la main déchiquetée à Paris ce 9 février, le député LREM Florian Bachelier a jugé qu'il s'agissait de «2 doigts» qui avaient «immédiatement» été pris en charge par les pompiers.

Lors de l'acte 13 de la mobilisation des Gilets jaunes, le 9 février, un manifestant présent dans le cortège parisien a subi une grave blessure à la main, près de l'Assemblée nationale, alors que certains tentaient d'y pénétrer. Selon Cyprien Royer, un témoin direct qui a filmé la fin de la scène, la blessure aurait été causée par l'explosion d'une grenade tirée par les forces de l'ordre.

Une blessure qui n'a visiblement pas ému le député macroniste Florian Bachelier. Prenant appui sur un article d'Europe 1 rapportant l'information, le parlementaire a retitré à sa façon le papier, estimant : «Les mots ont un sens. Les actes aussi !» Dans un tweet, il remet en cause les mots employés : «Un manifestant ? Un blackbloc pas vraiment photographe. Un incident ? Une attaque de l’Assemblée nationale», analyse Florian Bachelier. «Une main arrachée ? 2 doigts immédiatement pris en charge par nos pompiers exposés depuis des semaines», avance-t-il encore.

Fake news ? Alors que les images de la blessure elle-même montrent une main déchiquetée, la préfecture de police de Paris a elle aussi contredit les propos du député de La République en marche (LREM), attestant que la victime avait eu «quatre doigts arrachés». L'homme, âgé d'une trentaine d'années est «un photographe Gilet jaune» qui «prenait des photos des gens en train de pousser les palissades de l'Assemblée nationale», a pour part expliqué à l'AFP Cyprien Royer.

Il hurlait de douleur, il n'avait plus aucun doigt, il n'avait plus grand-chose au-dessus du poignet

«Quand les flics ont voulu disperser les gens, il a reçu une grenade au niveau de son mollet, il a voulu mettre un coup de main dedans pour ne pas qu'elle explose vers sa jambe et elle a pété quand il l'a touchée», a-t-il poursuivi, ajoutant : «On l'a mis sur le côté, on a appelé les street-medics, c'était pas beau : il hurlait de douleur, il n'avait plus aucun doigt, il n'avait plus grand-chose au-dessus du poignet».

En outre, les pompiers n'ont pas «immédiatement» pris en charge le blessé comme croit le savoir le député : ce sont des street-medics qui lui ont prodigué les premiers soins, comme on peut le voir dans une vidéo de la scène. Par ailleurs, rien ne permet pour l'heure d'affirmer que l'homme, bien que ne portant pas de gilet jaune, est membre des black blocs comme l'affirme Florian Bachelier. 

Lire aussi : Acte 13 des Gilets jaunes : des manifestants tentent de pénétrer de force dans l'Assemblée (VIDEO)

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

En cliquant sur chaque option, vous pouvez contrôler l'activation ou la désactivation du dépôt des cookies et de la création des profils : le bandeau de couleur indique si le dépôt de cookies et la création de profils sont autorisés (vert) ou refusés (rouge). Les cookies techniques (cookies de session, d'authentification et de sécurité) sont indispensables au bon fonctionnement de nos services et ne peuvent être désactivés.
OK

Ce site utilise des cookies.

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation, de la part de RT France et de tiers, de cookies et autres traceurs à des fins de mesure d'audience, partage avec les réseaux sociaux, personnalisation des contenus, profilage et publicité ciblée. Pour paramétrer l’utilisation des cookies veuillez accéder dans la rubrique «Paramétrer vos choix» et pour plus d’informations, nous vous invitons à consulter la rubrique «Politique de Confidentialité»