Grenades de désencerclement contre Gilets jaunes, une vidéo accable la police (VIDEO CHOC)

Grenades de désencerclement contre Gilets jaunes, une vidéo accable la police (VIDEO CHOC)© GUILLAUME SOUVANT Source: AFP
Heurts entre forces de l'ordre et GIlets jaunes à Tours le 1er décembre 2018 (image d'illustration).

Depuis le début de la mobilisation des Gilets jaunes, quatre personnes ont perdu une main. Libération a dévoilé une vidéo tournée le 1er décembre, dans laquelle on voit un homme ramasser une grenade GLI-F4 lancée sur une foule visiblement paisible.

Depuis que les médias se sont saisi des cas de blessures graves et des mutilations infligées aux manifestants dans le cadre de la mobilisation des Gilets jaunes, les vidéos témoignant d'usage par les forces de l'ordre d'armes dites intermédiaires, parmi lesquelles les grenades de désencerclement, se sont multipliés sur les réseaux. Libération a ainsi passé au crible une vidéo de téléphone portable, tournée à Tours lors du très violent acte 3 le 1er décembre.

Place Jean-Jaurès, un groupe de Gilets jaunes tient le terrain. Rien n'indique alors des intentions belliqueuses parmi les manifestants. Et pourtant, une grenade de type GLI-F4 atterrit au milieu de la foule. L'un d'entre eux, un certain Ayhan P. selon Libération,  inconscient d'avoir affaire à une grenade explosive, la ramasse. Il aura la main arrachée.

«L’ambiance n’avait rien à voir avec les manifestations violentes de ­Paris. J’avais croisé des familles avec de jeunes enfants. C’était calme à cet endroit-là», témoigne l'homme,  technicien chez Sanofi et représentant syndical. Et Ayhan P. de raconter au quotidien le moment où il perdrait sa main : «J’étais persuadé que c’était du gaz lacrymogène, sinon je n’y aurais jamais touché. Je l’ai ramassée de la main droite et elle a explosé».

L'utilisation des armes dites «de force intermédiaire» ou encore «sublétales», dont la grenade explosive GLI-F4 contenant du TNT, reste très décriée. La France est le seul pays européen à en autoriser l'usage dans le cadre d'opérations de maintien de l'ordre, malgré les risques de mutilation. 

Selon un décompte minutieux, le journaliste et réalisateur David Dufresne a signalé quelque 353 cas de violences, blessures et mutilations depuis le début de la révolte des Gilets jaunes. Au 28 janvier, le bilan provisoire serait ainsi, selon lui, de 159 blessures à la tête, 18 personnes éborgnées et quatre mains arrachées. Si les manifestants constituent le plus gros contingent de blessés et mutilés, David Dufresne a relevé des victimes parmi les lycéens et les passants.

A l'occasion de l'acte 12, prévu pour le samedi 2 février, des Gilets jaunes ont appelé à rendre hommage aux blessés et mutilés, et à dénoncer les violences policières.

Lire aussi : Gilets jaunes : Macron déplore les morts, félicite la police, mais ignore les blessés graves

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

En cliquant sur chaque option, vous pouvez contrôler l'activation ou la désactivation du dépôt des cookies et de la création des profils : le bandeau de couleur indique si le dépôt de cookies et la création de profils sont autorisés (vert) ou refusés (rouge). Les cookies techniques (cookies de session, d'authentification et de sécurité) sont indispensables au bon fonctionnement de nos services et ne peuvent être désactivés.
OK

Ce site utilise des cookies.

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation, de la part de RT France et de tiers, de cookies et autres traceurs à des fins de mesure d'audience, partage avec les réseaux sociaux, personnalisation des contenus, profilage et publicité ciblée. Pour paramétrer l’utilisation des cookies veuillez accéder dans la rubrique «Paramétrer vos choix» et pour plus d’informations, nous vous invitons à consulter la rubrique «Politique de Confidentialité»