Acte 9 des Gilets jaunes à Nancy : un avocat proche de Debout la France interpellé (VIDEO)

Acte 9 des Gilets jaunes à Nancy : un avocat proche de Debout la France interpellé (VIDEO)© Page Facebook : «Soutien à Maître Vallas, avocat mis en garde à vue, à Nancy, Gilets Jaunes»
Maître François Vallas s'adresse à des Gilets jaunes lors d'un rassemblement de non autorisé à Nancy, le 12 janvier 2019.

François Vallas a été placé en garde vue pour provocation à la rébellion au cours d'un rassemblement de Gilets jaunes à Nancy. Invoquant la loi, le magistrat aurait incité les protestataires à rompre le cordon de sécurité de CRS qui les entouraient.

Le 12 janvier dans l'après-midi, lors d’un rassemblement à Nancy auquel participaient dans le calme près d'une centaine de Gilets jaunes, les forces de l’ordre ont procédé à l’interpellation de l'avocat François Vallas pour «incitation à la rébellion». Sa garde à vue a été levée en début de soirée le jour même. «Selon la police, il aurait incité verbalement des Gilets jaunes à aller au contact de policiers qui les avaient cantonnés, s’agissant d’une manifestation non déclarée et donc illicite», a déclaré à l'Est Républicain le procureur de Nancy François Pérain.

Dans une vidéo publiée sur un groupe Facebook créé afin de dénoncer sa garde à vue, on peut apercevoir l’homme de loi signifier aux Gilets jaunes, alors encerclés par les CRS, qu’ils ne pouvaient faire l’objet d’une interpellation : «Vous n’avez ni crime, ni délit, ni contravention. Vous ne pouvez pas être interpellés et placés en garde à vue. Si les policiers ont une raison de penser qu’une personne a pu commettre un délit, ils peuvent la mettre en garde à vue [...]. Dans ce cas, c'est eux qui commettent un délit de privation... [de liberté]», leur lance-t-il. Alors que les protestataires abondaient dans son sens, l’un d’entre eux lui rapporte alors que les membres des forces de l’ordre les empêchent, «sans aucune raison», de les laisser quitter les lieux.

Quelques secondes après le témoignage du manifestant, la séquence vidéo s’interrompt brusquement avec l’interpellation de François Vallas qui souhaitait, en vain, distribuer sa carte de visite aux protestataires désirant recourir à ses services.

Très vite, l'interpellation a suscité le courroux de Nicolas Dupont-Aignan. Le président de Debout la France, formation politique à laquelle adhère l’avocat, s’est en effet insurgé sur Twitter contre une arrestation qu'il a qualifiée de «scandaleuse».

Lors de sa garde à vue, l'avocat a contesté «avoir exhorté les manifestants à rompre le dispositif de sécurité».

«C'est très inquiétant dans un Etat de droit qu'on place en garde à vue un avocat qui fait son travail : informer les faibles de leurs droits», a-t-il réagi à sa sortie du commissariat.

La procédure a quant à elle été transmise au parquet de Nancy, qui se chargera de prendre une décision sur les suites à donner aux faits après avoir pris connaissance du dossier.

Lire aussi : Matraquage d'un Gilet jaune de 55 ans à Bordeaux : que s'est-il passé ? (VIDEOS)

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

En cliquant sur chaque option, vous pouvez contrôler l'activation ou la désactivation du dépôt des cookies et de la création des profils : le bandeau de couleur indique si le dépôt de cookies et la création de profils sont autorisés (vert) ou refusés (rouge). Les cookies techniques (cookies de session, d'authentification et de sécurité) sont indispensables au bon fonctionnement de nos services et ne peuvent être désactivés.
OK

Ce site utilise des cookies.

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation, de la part de RT France et de tiers, de cookies et autres traceurs à des fins de mesure d'audience, partage avec les réseaux sociaux, personnalisation des contenus, profilage et publicité ciblée. Pour paramétrer l’utilisation des cookies veuillez accéder dans la rubrique «Paramétrer vos choix» et pour plus d’informations, nous vous invitons à consulter la rubrique «Politique de Confidentialité»