Le macroniste Jean-Paul Delevoye dirigera-t-il le «grand débat national» ?

Le macroniste Jean-Paul Delevoye dirigera-t-il le «grand débat national» ?© Jean-Paul Delevoye, Source: Reuters
Jean-Paul Delevoye le 14 mai 2017 au palais de l'Elysée.

Selon Le Figaro, l'ancien parlementaire RPR et UMP, devenu LREM, Jean-Paul Delevoye pourrait remplacer Chantal Jouanno à la tête du «grand débat national». Il est actuellement haut-commissaire à la réforme des retraites.

Sa carrière politique est émaillée de nombreuses prises de fonction et de postes en tous genres. D'après Le Figaro du 10 janvier, Jean-Paul Delevoye, 71 ans, pourrait en cumuler une de plus en pilotant le «grand débat national» après le retrait de Chantal Jouanno – qui conserve malgré tout la présidence de la Commission nationale du débat public.

Cet ancien député et sénateur RPR, puis UMP, est devenu adhérent de La République en marche en 2017. Il est actuellement, depuis septembre 2017, haut-commissaire à la réforme des retraites auprès de la ministre de la Santé Agnès Buzyn. Peu de temps avant, le quotidien rappelle qu'il avait présidé la commission de désignation des candidats du parti En marche ! pour les législatives de 2017.

«On ne m'a rien proposé et je ne suis candidat à rien», a-t-il toutefois précisé au Figaro, évoquant tout de même pour le journal sa vision du pilotage du «grand débat national». Pour lui, il faudrait non pas une personne à la tête de celui-ci mais trois. Dans ce trio, il verrait bien l'écrivain féministe Elisabeth Badinter.

Le cumul de ce nouveau poste potentiel avec celui qu'il occupe actuellement – le haut-commissariat à la réforme des retraites, l'obligeant a poursuivre la concertation sur la réforme des retraites avec un probable projet de loi en Conseil des ministres en juillet prochain – semble apparemment possible.

Durant sa carrière, Jean-Paul Delevoye a été président du Conseil économique, social et environnemental (Cese) durant plus de cinq ans entre 2010 et 2015. Il s'était illustré en 2013, lors du débat sur le mariage pour tous, en jugeant irrecevable une pétition anti-mariage gay alors qu'elle réunissait près de 700 000 signatures. Or, le Cese peut être saisi si une pétition dispose de 500 000 signatures. Jean-Paul Delevoye a également été ministre de la Fonction publique entre 2002 et 2004, maire de Bapaume (Pas-de-Calais) durant trente ans ou encore conseiller général du Pas-de-Calais durant 21 ans. 

Lire aussi : Annoncée par Macron, l'immigration ne sera finalement pas l'un des thèmes du «grand débat local»

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies. Cliquez ici pour en savoir plus.

Accepter