Qu'attendre du «grand débat national» voulu par Emmanuel Macron ?

Qu'attendre du «grand débat national» voulu par Emmanuel Macron ?© Michel Euler Source: Reuters
Emmanuel Macron au palais présidentiel lors de son allocution télévisée du 31 décembre.

Le gouvernement entend avancer sur ses réformes, mais doit tenir compte du mécontentement des Français, qui s'est notamment exprimé à travers les manifestations des Gilets jaunes. Exercice difficile pour l'exécutif qui lance son grand débat national.

Bioéthique, retraites, fonction publique, assurance chômage, Loi 1905, réforme constitutionnelle... Le gouvernement arrivera-t-il à faire progresser son copieux programme en 2019 ? Certaines réformes prévues pour 2018 ont été bloquées par l'actualité très chargée de l'été : démission de Nicolas Hulot, affaire Benalla suivie de la démission de Gérard Collomb et, surtout, de la mobilisation des Gilets jaunes. Le calendrier politique a donc été perturbé.

Si dans ses vœux 2019 du 31 décembre, Emmanuel Macron a réussi à ne pas prononcer le nom de ce mouvement citoyen, son souhait d'apporter des réponses aux Français mécontents de sa politique se fait sentir à travers le «grand débat national» qu'il a promis. Le contenu de cette consultation citoyenne est plutôt flou pour le moment, mais l'exécutif a fait savoir qu'il préciserait les «thèmes du débat» dans un courrier aux Français publié à la mi-janvier : «Le débat national qui s'ouvre doit nous permettre de parler vrai et je vous écrirai dans quelques jours pour vous en préciser les attentes», avait déclaré le chef de l'Etat lors de son allocution télévisée du 31 décembre.

Ce débat doit donc débuter au mois de janvier et durer jusqu'au début du mois de mars. Il devra notamment associer les maires et faire remonter les propositions des citoyens sur quatre thèmes : transition écologique, fiscalité, démocratie et citoyenneté, ainsi que la réforme de l'Etat. Un cinquième thème, initialement prévu, a finalement été abandonné : il s'agissait des «attentes et [...] inquiétudes des Français relatives à l'immigration».

50% des Français pensent que le gouvernement tiendra au moins partiellement compte des avis émis lors de ce grand débat, selon un sondage Harris interactive publié ce 2 janvier. Pour 47% en revanche, il n'en tiendra «pas du tout» compte. 

Selon le site du gouvernement, il y aura des débats publics «partout en France» et il est précisé que l'initiative sera accompagnée par la Commission nationale du débat public (CNDP) dirigée par Chantal Jouanno. Cette instance proposera des «kits» de méthodologie et des «stands» afin de «recueillir la parole citoyenne sur le terrain», sur les marchés par exemple. Des débats en ligne devront également avoir lieu sur une «plateforme numérique dédiée». Par ailleurs, des «conférences de citoyens tirés au sort» prendront place dans chaque région. Ces conférences réuniront, dans chaque région, «une centaine de citoyens français tirés au sort, tirés au hasard», avait précisé le Premier ministre Edouard Philippe lors d'un déplacement en Haute-Vienne le 21 décembre.

Le porte-parole du gouvernement, Benjamin Griveaux, a en outre assuré que le «grand débat» déboucherait «fin mars, mi-avril» sur des «décisions très concrètes, en fonction des consensus identifiés». Mais il a précisé qu'il ne s'agirait pas de «détricoter» les réformes entreprises par le gouvernement depuis l'élection d'Emmanuel Macron.

Lire aussi : 80% des Français seraient favorables à l'utilisation du RIC pour proposer une loi, selon un sondage

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies. Cliquez ici pour en savoir plus.

Accepter