Affaire Benalla : selon LREM, les trois armes à feu sont toujours sous scellés dans ses locaux

Affaire Benalla : selon LREM, les trois armes à feu sont toujours sous scellés dans ses locaux© Ludovic Marin Source: AFP
Stanislas Guerini, le 17 décembre 2018 à Paris (image d’illustration).

Dans l'émission Dimanche en politique sur France 3, le patron de La République en marche, Stanislas Guerini, a révélé que les pistolets mis sous scellés par la justice dans le cadre de l'affaire Benalla se trouvaient toujours «au siège» du parti.

Invité le 6 janvier de l'émission Dimanche en politique diffusée sur France 3, le délégué général de la République en marche (LREM), Stanislas Guerini, a révélé que les trois armes à feu mises sous scellés par la justice dans le cadre de l'affaire Benalla étaient toujours dans les locaux de La République en marche.

Ils sont à disposition aussi de la justice

«Est-ce que depuis [cette mise sous scellés], il y a eu une enquête interne ? Est-ce qu'il y a encore des choses à éclaircir ou est-ce que pour vous tout est réglé ?», demande le journaliste Francis Letellier. «Il y a eu une procédure en interne, ces pistolets, ils sont aujourd'hui sous scellés, dans un coffre», répond Stanislas Guerini, qui poursuit : «Oui, à La République en marche».

«Ils sont à disposition aussi de la justice et tant que la justice n'aura pas été au bout de ses investigations, [...] La République en marche se tient à disposition. Nous ne considérons pas que l'affaire est fermée tant que la procédure judiciaire n'a pas été à son terme», a ensuite précisé Stanislas Guerini. Le 21 juillet 2018, dans le cadre de l'enquête portant sur le rôle joué par Alexandre Benalla et Vincent Crase lors de la manifestation du 1er mai, les enquêteurs découvraient au siège du parti présidentiel trois armes de type Glock.

Selon Le Monde, début août, aucun des trois Glock n'avait été déclaré, car le dossier de demande envoyé par Vincent Crase en ce sens n'était pas complet. Joint à l'époque par L'Obs, le patron de LREM d'alors, Christophe Castaner, avait affirmé que ces informations étaient fausses à sa «connaissance» : «Ce ne sont pas des informations et à ma connaissance aucune "arme non déclarée" ne se trouve dans les locaux d'En Marche ! Il n'y a d'ailleurs pas eu de perquisition, mais un déplacement de la police judiciaire dans le cadre de l'enquête. Et il n'y a eu aucune saisie dans ce cadre», avait-il fait savoir.

Lire aussi : «Le ton était à la rigolade» : Benalla assure que l'arme sur son selfie était un pistolet à eau

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

En cliquant sur chaque option, vous pouvez contrôler l'activation ou la désactivation du dépôt des cookies et de la création des profils : le bandeau de couleur indique si le dépôt de cookies et la création de profils sont autorisés (vert) ou refusés (rouge). Les cookies techniques (cookies de session, d'authentification et de sécurité) sont indispensables au bon fonctionnement de nos services et ne peuvent être désactivés.
OK

Ce site utilise des cookies.

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation, de la part de RT France et de tiers, de cookies et autres traceurs à des fins de mesure d'audience, partage avec les réseaux sociaux, personnalisation des contenus, profilage et publicité ciblée. Pour paramétrer l’utilisation des cookies veuillez accéder dans la rubrique «Paramétrer vos choix» et pour plus d’informations, nous vous invitons à consulter la rubrique «Politique de Confidentialité»