Un syndicat des forces de l'ordre décrète «l'acte 1 de la colère des policiers»

Un syndicat des forces de l'ordre décrète «l'acte 1 de la colère des policiers»© GEORGES GOBET Source: AFP
Une brigade de la police anti-émeute se déploie à Bordeaux, le 15 décembre 2018 (image d'illustration).

Le syndicat Unité SGP Police-Force ouvrière a annoncé le 15 décembre «l’acte 1» de sa mobilisation, faisant valoir notamment la fatigue des membres des forces de l'ordre, après plusieurs semaines de manifestations des Gilets jaunes.

«Les policiers sont à bout et ne bénéficient d’aucune reconnaissance», a déclaré le syndicat Unité SGP Police-Force ouvrière sur Twitter, ce 15 décembre, en annonçant dans la foulée «l’acte 1 de la colère des policiers». Un clin d’œil assez clair aux cinq «actes» de la mobilisation anti-gouvernementale des Gilets jaunes réalisés jusqu'alors.

Quelques heures après cette annonce, la déléguée syndicale d'Unité SGP Police-Force ouvrière Linda Kebbab, a confirmé sur BFMTV la naissance du mouvement de protestation : «Au premier janvier 2019, le gel du point d’indice des fonctionnaires reprend. Il y a quelques jours, alors qu’on parlait de la mobilisation héroïque des policiers, le Sénat votait l’allongement des journées de carence en cas d’arrêt maladie. Bref, on a beaucoup de dispositions […] qui sont contraires aux intérêts sociaux des salariés et plus particulièrement des policiers […] Je viens vous l’annoncer solennellement, l’acte 1 des policiers se prépare.»

L’expression de cette exaspération témoigne une nouvelle fois du climat de défiance qui s’installe au sein de certains syndicats policiers vis-à-vis du gouvernement. Le 5 décembre dernier, le syndicat de police Vigi avait déposé un préavis de grève illimitée à partir du 8 décembre, qui concernait certains fonctionnaires du ministère de l'Intérieur. L'organisation avait par ailleurs appelé les forces de l'ordre à user de leur droit de retrait qui permet à tout salarié d'arrêter son travail et de quitter son lieu de travail, lorsqu'il estime faire face à un danger grave : «N’allez pas vous faire blesser, mutiler ou tuer pour des personnes qui pensent que vous êtes de la chair à canon. Pensez à vous, vos familles et vos proches.»

Le 3 juillet, un rapport sénatorial avait dressé un tableau très sombre de l'état des forces de sécurité intérieure, et en particulier de la police nationale française, parlant de fonctionnaires «au bord de la rupture».

Lire aussi : Ambulanciers, agriculteurs, étudiants et lycéens se greffent à la contestation des Gilets jaunes

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

En cliquant sur chaque option, vous pouvez contrôler l'activation ou la désactivation du dépôt des cookies et de la création des profils : le bandeau de couleur indique si le dépôt de cookies et la création de profils sont autorisés (vert) ou refusés (rouge). Les cookies techniques (cookies de session, d'authentification et de sécurité) sont indispensables au bon fonctionnement de nos services et ne peuvent être désactivés.
OK

Ce site utilise des cookies.

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation, de la part de RT France et de tiers, de cookies et autres traceurs à des fins de mesure d'audience, partage avec les réseaux sociaux, personnalisation des contenus, profilage et publicité ciblée. Pour paramétrer l’utilisation des cookies veuillez accéder dans la rubrique «Paramétrer vos choix» et pour plus d’informations, nous vous invitons à consulter la rubrique «Politique de Confidentialité»