A Toulouse, l'extrême droite et l'extrême gauche marchent «main dans la main», selon le maire

A Toulouse, l'extrême droite et l'extrême gauche marchent «main dans la main», selon le maire© REMY GABALDA Source: AFP
Des Gilets jaunes brandissent des drapeaux avec la Croix du Languedoc à Toulouse, le 8 décembre.

Le scénario qui prend forme dans le sillage des protestations de Gilets jaunes inquiète le maire de Toulouse Jean-Luc Moudenc, qui assure avoir vu «main dans la main» des militants de l'extrême droite et de l'extrême gauche, le 8 décembre.

Dans une interview diffusée par BFMTV le 8 décembre, le maire Les Républicains (LR) de Toulouse, Jean-Luc Moudenc (LR) a fait part de son effroi de voir que le mouvement des Gilets jaunes pouvait déboucher sur une alliance entre les extrêmes.

«Il y avait grosso modo 6 000 personnes qui manifestaient, les Gilets jaunes bien évidemment, avec des infiltrations d'extrémistes à l'intérieur des manifestants. J'ai moi-même été extrêmement choqué par ce que j'ai vu», a ainsi confié l'édile sur la chaîne d'information. «J'ai vu des militants d'extrême droite, d'extrême gauche côte-à-côte, main dans la main. C'est une image très choquante. On dit que les extrêmes se rejoignent, en général c'est une expression un peu théorique, là j'ai vu les choses en pratique», a-t-il poursuivi abasourdi.

La situation était très tendue a Toulouse pour le rassemblement des Gilets jaunes le 8 décembre. Dans la journée, les manifestants ont érigé une importante barricade en plein centre ville, qu'ils ont défendue face à un important dispositif policier pendant plusieurs heures.

Les forces de l'ordre sont ensuite intervenues mais les manifestants se sont éparpillés en ville, où des affrontements ont eu lieu pendant la soirée. Des affrontements filmés et diffusés dans une vidéo en direct sur Youtube par Ratz TV, où l'on peut notamment voir d'importantes dégradations de mobilier urbain mais aussi une agence immobilière vandalisée (à 2h53) ou encore un restaurant Mc Donalds pris d'assaut (à partir de 4h10). Selon le quotidien régional La Dépêche du Midi, une partie des quartiers Saint-Cyprien, Patte d'Oie et Arènes ont été dévastés et 28 policiers ont été blessés.

Lire aussi : Extrême gauche, extrême droite ou parasites : qui sont les casseurs du 1er décembre ?

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies. Cliquez ici pour en savoir plus.

Accepter