Fake news du gouvernement : non, des lycéens n'ont pas aspergé d'essence leur proviseur

Fake news du gouvernement : non, des lycéens n'ont pas aspergé d'essence leur proviseur© Eric Feferberg Source: AFP
Le secrétaire d'Etat Gabriel Attal.

Gabriel Attal, secrétaire d'Etat en charge de la jeunesse, a affirmé qu'un proviseur avait été aspergé d'essence en marge d'une manifestation étudiante. Information reprise par Jean-Pierre Pernaud dans la foulée. Mais le proviseur lui-même dément...

Le gouvernement a fait de la loi anti-fake news l'un de ses principaux chevaux de bataille au cours de l'année passée. Seul souci : ses propres membres se prennent parfois les pieds dans le tapis. Dernier exemple en date : Gabriel Attal, secrétaire d'Etat en charge de la jeunesse, a assuré qu'un proviseur avait été aspergé d'essence près de Lyon. Il n'en est rien.

Interrogé le 6 décembre par Libération au sujet de la mobilisation étudiante de ces derniers jours, le secrétaire d’Etat en charge de la jeunesse auprès du ministre de l’Education voulait donner un exemple de la violence accrue dans les mobilisations en France. «Des individus s’en sont pris physiquement à des personnels de l’Education nationale qu’ils ont poussés à terre et aspergés d’essence», expliquait-il, avant d'ajouter : «Les limites du tolérable sont largement dépassées et nous appelons tout le monde à la responsabilité.»

Le lendemain, à l'antenne de RTL, Gabriel Attal abondait en précisions : «On a eu par exemple à Vénissieux un proviseur et un CPE jetés à terre et recouverts d’essence.» Certains journalistes considérant que la parole du gouvernement dispense de toute vérification des faits, Jean-Pierre Pernaut, dans son journal télévisé de 13h sur TF1, reprenait également l'information : «On a aussi vu hier des enseignants aspergés d’essence.»

Seul souci : tout cela est faux. Comme le relate le journal Le Progrès, il y a bel et bien eu des heurts à Vénitieux, mais aucun lycéen n'a tenté de blesser son proviseur : «Des tensions ont bien eu lieu devant le lycée Hélène-Boucher de Vénissieux. Le proviseur et un CPE, qui étaient à l’entrée, ont été pris dans une bousculade. Le proviseur est tombé, entraînant dans sa chute un jeune qui transportait une bouteille contenant de l’essence avec laquelle il venait d’incendier une poubelle. Il s’est donc retrouvé aspergé d’essence mais par accident.»

Le Progrès a d'ailleurs contacté le proviseur du lycée en question : «Il n’y a jamais eu volonté de me viser, j’ai reçu quelques gouttes d’essence dans ma chute. Ils se sont enfuis ensuite. Ce ne sont pas des élèves du lycée».

Lire aussi : «Fake news» ? De l'Elysée au gouvernement, ces cinq fois où l'exécutif français a malmené la réalité

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

En cliquant sur chaque option, vous pouvez contrôler l'activation ou la désactivation du dépôt des cookies et de la création des profils : le bandeau de couleur indique si le dépôt de cookies et la création de profils sont autorisés (vert) ou refusés (rouge). Les cookies techniques (cookies de session, d'authentification et de sécurité) sont indispensables au bon fonctionnement de nos services et ne peuvent être désactivés.
OK

Ce site utilise des cookies.

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation, de la part de RT France et de tiers, de cookies et autres traceurs à des fins de mesure d'audience, partage avec les réseaux sociaux, personnalisation des contenus, profilage et publicité ciblée. Pour paramétrer l’utilisation des cookies veuillez accéder dans la rubrique «Paramétrer vos choix» et pour plus d’informations, nous vous invitons à consulter la rubrique «Politique de Confidentialité»