Les députés de gauche saisissent le Conseil constitutionnel contre la loi anti-fake news

- Avec AFP

Les députés de gauche saisissent le Conseil constitutionnel contre la loi anti-fake news© Christian Hartmann Source: Reuters
Le Conseil constitutionnel va trancher sur la conformité à la Constitution de la loi contre la manipulation de l'information

Les députés communistes, socialistes et insoumis ont annoncé avoir saisi le Conseil constitutionnel à propos de la proposition de loi contre la manipulation de l'information en période électorale, adoptée la semaine dernière par le Parlement.

Après les 140 sénateurs Les Républicains (LR) et de l'Union centriste, c'est au tour des députés communistes, socialistes et insoumis de saisir le Conseil constitutionnel à propos de la proposition de loi contre la manipulation de l'information en période électorale. Cette loi controversée a été adoptée le 20 novembre par l'Assemblée nationale.

Les trois groupes de gauche dénoncent dans un communiqué une «proposition de loi, téléguidée par l’Elysée» et estiment qu'elle est «manifestement inconstitutionnelle».

Les deux propositions de loi (organique et ordinaire) de La République en marche (LREM) adoptées la semaine dernière, étaient voulues par le président Emmanuel Macron. Or, les groupes de gauche dénoncent notamment l'article 1er du projet de loi ordinaire qui «permet à un ou une magistrate d’établir, seul ou seule en 48h, la véracité d’une information et d’en stopper la diffusion». «Cette disposition est évidemment attentatoire à la liberté de communication et des opinions», écrivent-ils.

Ils s'émeuvent aussi des «pouvoirs exorbitants donnés au CSA» par les articles 4, 5 et 6, le texte prévoyant que le Conseil pourra suspendre la diffusion de services de télévision contrôlés «par un Etat étranger ou sous l'influence» de cet Etat s'ils diffusent «de façon délibérée de fausses informations de nature à altérer la sincérité du scrutin».

Enfin, ils estiment que l’article 8, «qui permet aux plateformes de lutter elles-mêmes contre les fausses informations conduira mécaniquement celles-ci à opérer une censure sur internet».

Quelque 140 sénateurs Les Républicains et de l'Union centriste ont aussi saisi les Sages sur ce texte la semaine dernière au nom de «la liberté d'expression». Les Sages ont un mois pour se prononcer, avant que les lois ne soient promulguées.

Lire aussi : Le Parlement adopte définitivement la loi controversée contre la «manipulation de l'information»

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

En cliquant sur chaque option, vous pouvez contrôler l'activation ou la désactivation du dépôt des cookies et de la création des profils : le bandeau de couleur indique si le dépôt de cookies et la création de profils sont autorisés (vert) ou refusés (rouge). Les cookies techniques (cookies de session, d'authentification et de sécurité) sont indispensables au bon fonctionnement de nos services et ne peuvent être désactivés.
OK

Ce site utilise des cookies.

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation, de la part de RT France et de tiers, de cookies et autres traceurs à des fins de mesure d'audience, partage avec les réseaux sociaux, personnalisation des contenus, profilage et publicité ciblée. Pour paramétrer l’utilisation des cookies veuillez accéder dans la rubrique «Paramétrer vos choix» et pour plus d’informations, nous vous invitons à consulter la rubrique «Politique de Confidentialité»