Loi contre la manipulation de l'information : 140 sénateurs saisissent le Conseil constitutionnel

Loi contre la manipulation de l'information : 140 sénateurs saisissent le Conseil constitutionnel© BERTRAND GUAY Source: AFP
Le Conseil constitutionnel va se prononcer d'ici un mois sur la loi contre la manipulation de l'information.

Au nom de «la liberté d'expression», des sénateurs Les Républicains et de l'Union centriste ont saisi les Sages après que le Parlement a adopté définitivement la loi controversée contre la «manipulation de l'information», le 20 novembre.

Le Conseil constitutionnel a confirmé, le 21 novembre, avoir été saisi sur la loi relative à la lutte contre la manipulation de l'information. Selon l'AFP, ce sont près de 140 sénateurs issus des Républicains (LR) et de l'Union centriste – comprenant entre autres le MoDem ou l'UDI – qui ont soutenu la démarche auprès des Sages. Ces élus contestent l'adoption définitive le 20 novembre par l'Assemblée nationale de la proposition de loi ordinaire contre la manipulation de l'information en période électorale en ce qu'elle «porte une atteinte à la liberté d'expression et de communication qui n'est pas nécessaire, adaptée et proportionnée». Ceux-ci considèrent que la loi sur la liberté de la presse de 1881 suffit à encadrer les éventuelles pratiques délictueuses, avec la mise en place de sanctions pour certaines dérives comme la diffamation.

Selon l'AFP, qui a pu avoir copie du recours des sénateurs, ceux-ci mettent en cause deux mesures de la proposition de loi : d'une part, la possibilité de saisir un juge en référé pour faire cesser la diffusion de «fausses informations» sous 48 heures, et d'autre part, la création d'un délit en cas de non-respect des nouvelles obligations de transparence imposées aux plateformes numériques (Facebook, Twitter, etc.). 

Pour leur première objection, les sénateurs s'interrogent : «Comment le juge des référés pourrait-il, en 48 heures, établir a priori l'altération d'un scrutin qui n'a pas encore eu lieu ?»

Quant à la deuxième, ils la trouvent «contraire aux principes qui fondent le droit pénal français». «L'imprécision des notions retenues [...] fait naître une grande incertitude sur les éléments constitutifs [des] infractions», notent-ils.

Avant la promulgation des lois, les Sages ont un mois pour se prononcer.

Pour rappel, le Sénat avait rejeté les deux propositions de loi – l'une organique, l'autre ordinaire – à deux reprises, mais c'est bel et bien l'Assemblée nationale qui a eu le dernier mot le 20 novembre.

Lire aussi : Le Parlement adopte définitivement la loi controversée contre la «manipulation de l'information»

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

En cliquant sur chaque option, vous pouvez contrôler l'activation ou la désactivation du dépôt des cookies et de la création des profils : le bandeau de couleur indique si le dépôt de cookies et la création de profils sont autorisés (vert) ou refusés (rouge). Les cookies techniques (cookies de session, d'authentification et de sécurité) sont indispensables au bon fonctionnement de nos services et ne peuvent être désactivés.
OK

Ce site utilise des cookies.

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation, de la part de RT France et de tiers, de cookies et autres traceurs à des fins de mesure d'audience, partage avec les réseaux sociaux, personnalisation des contenus, profilage et publicité ciblée. Pour paramétrer l’utilisation des cookies veuillez accéder dans la rubrique «Paramétrer vos choix» et pour plus d’informations, nous vous invitons à consulter la rubrique «Politique de Confidentialité»