Pour Charlotte d'Ornellas, les Gilets jaunes «se sentent trahis par les hommes politiques»

Pour Charlotte d'Ornellas, les Gilets jaunes «se sentent trahis par les hommes politiques»
Suivez RT France surTelegram

Charlotte d'Ornellas, chroniqueuse et journaliste à Valeurs Actuelles, revient pour RT France sur le mouvement des Gilets jaunes. Elle estime notamment que le chef de l'Etat a tardé à réagir face à la colère des manifestants.

Au lendemain du troisième acte de la mobilisation nationale des Gilets jaunes, Charlotte d'Ornellas, chroniqueuse et journaliste à Valeurs Actuelles, estime que la récupération politique, tant critiquée depuis l’amorce du mouvement, est «normale et légitime» pour permettre d’apporter une «réponse» aux protestataires. Néanmoins, selon elle, les Gilets jaunes rejettent les corps intermédiaires : «Ils se sentent trahis [...] à la fois par les syndicats, par les hommes politiques et même par les journalistes.»

Je crois qu’Emmanuel Macron incarne, par sa volonté d’adapter sa France à la mondialisation, par sa volonté de plus d’Europe, exactement […] une mondialisation qui va trop vite

Au-delà de ce rejet, elle assure que la politique d’Emmanuel Macron demeure au centre des critiques des protestataires : «Cela fait un peu plus de deux semaines que ce mouvement existe et aujourd’hui, ce qui est sûr, c’est qu’on arrive à comprendre ce dont ils ne veulent plus. C’est le modèle qu’incarne aujourd’hui Emmanuel Macron […] qui s’inscrit, sur le plan de la politique fiscale, dans [la] lignée [de] ses prédécesseurs.»

Déplorant la disparition des services publics dans certains territoires de l’Hexagone, elle assure que le mouvement des Gilets jaunes est l’expression d’un mal-être profond «de la France des oubliés, de la France des méprisés», peu connue du «monde médiatique».

«[Les Gilets Jaunes] se sont retrouvés, ils ont vu qu’ils avaient en commun une souffrance réelle et notamment une souffrance qu’ils avaient envie d'exprimer à l’Etat», ajoute-t-elle.

Enfin, elle déplore l’absence de réponse de l'exécutif, Emmanuel Macron en tête, face à la colère des Gilets jaunes. Elle explique cette réticence de Matignon et de l'Elysée à proposer une sortie de crise par l’incompatibilité entre le projet du président de la République et les revendications des manifestants : «Je crois qu’Emmanuel Macron incarne, par sa volonté d’adapter sa France à la mondialisation, par sa volonté de plus d’Europe, exactement […] une mondialisation qui va trop vite».
Lire aussi : Gilets jaunes : «On est en train de poser les bases d’une forme de pré-insurrection» (VIDEO)

Raconter l'actualité

Suivez RT France surTelegram
En cliquant sur chaque option, vous pouvez contrôler l'activation ou la désactivation du dépôt des cookies et de la création des profils : le bandeau de couleur indique si le dépôt de cookies et la création de profils sont autorisés (vert) ou refusés (rouge). Les cookies techniques (cookies de session, d'authentification et de sécurité) sont indispensables au bon fonctionnement de nos services et ne peuvent être désactivés.
OK

Ce site utilise des cookies.

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation, de la part de RT France et de tiers, de cookies et autres traceurs à des fins de mesure d'audience, partage avec les réseaux sociaux, personnalisation des contenus, profilage et publicité ciblée. Pour paramétrer l’utilisation des cookies veuillez accéder dans la rubrique «Paramétrer vos choix» et pour plus d’informations, nous vous invitons à consulter la rubrique «Politique de Confidentialité»