Après le carburant, le gouvernement va-t-il oser augmenter le prix de l'électricité ?

Après le carburant, le gouvernement va-t-il oser augmenter le prix de l'électricité ?© Regis Duvignau Source: Reuters
Lignes à haute tension près de la centrale de Braud-et-Saint-Louis, à côté de Blaye, le 9 octobre 2018.
Suivez RT France surTelegram

La Commission de régulation de l'énergie (CRE) va prochainement proposer à l'exécutif une forte augmentation du tarif de l'électricité, de l'ordre de 3 à 4 %. Le gouvernement va-t-il suivre ses recommandations ou s'épargner une nouvelle fronde ?

Le prix de l'électricité pourrait faire un bond d'ici peu. Les hasards du calendrier ont fixé à février 2019 l'annonce par le gouvernement d'une décision relative à l'évolution du prix de l’électricité. Le gouvernement va-t-il suivre les recommandations de la commission de régulation de l'énergie (CRE), qui, selon les calculs du magazine L'Opinion, impliqueraient une hausse des prix de 3 à 4% ?

Nous ferons tout pour que cette hausse soit la plus modérée possible

Une nouvelle atteinte au pouvoir d'achat provoquerait des étincelles après la forte contestation initiée par le mouvement des Gilets jaunes, dont des représentants ont déjà évoqué la question auprès du ministre de la transition écologique, François de Rugy. Ce dernier s'est voulu rassurant, s'exprimant en marge du colloque de l'Union française de l'électricité (UFE).«Evidemment nous ferons tout pour que cette hausse soit la plus modérée possible», a-t-il déclaré.

Une annonce à haute tension

Après avoir reçu l'avis du CRE, l'exécutif dispose de trois mois pour trancher. S'il décide d'appliquer le conseil de la commission, la hausse devrait être effective au 1er février, soit un mois après celle du prix des carburants qui enflamme une partie de la France depuis près de trois semaines.

Les tarifs réglementés de vente d'électricité sont calculés en additionnant les coûts de l'énergie, d'acheminement de l'électricité et de commercialisation. Ils sont usuellement réévalués en août, mais un second avis peut intervenir en début d'année. La forte augmentation suggérée par le CRE serait due à l'obligation faite à EDF, depuis 2011, de revendre 25% de sa production nucléaire à ses concurrents à un tarif régulé, en vertu de la loi Nome. Aujourd'hui, la demande des autres opérateurs excède l'offre d'EDF : ils sont donc contraints d’acheter leur électricité à des prix classiques, plus élevés, qui se répercuteraient sur la facture du consommateur. Le seuil de 25% pourrait être relevé, mais les bénéfices d'EDF diminueraient en conséquence, au grand dam des investisseurs.

L'exécutif peut toutefois refuser de suivre les recommandations du CRE afin de préserver le pouvoir d’achat des Français. Lorsqu'en 2014 Ségolène Royal, alors ministre de l'Environnement, avait choisi de ne pas augmenter les tarifs de l’électricité, le piège s'était finalement refermé sur les consommateurs. Le Conseil d'Etat avait annulé la décision de la ministre socialiste et cette augmentation avait été répercutée rétroactivement sur les factures.

La hausse de 0,7% intervenue en février 2018 avait finalement été amortie par une baisse des tarifs de 0,5% cet été. Mais en dix ans, le prix de l'électricité en France a bondi, augmentant de 35%.

Lire aussi : Pénurie énergétique : la Belgique va-t-elle avoir besoin de la France pour se chauffer cet hiver?

 

Raconter l'actualité

Suivez RT France surTelegram

En cliquant sur "Tout Accepter" vous consentez au traitement par RT France de certaines données personnelles stockées sur votre terminal (telles que les adresses IP, les données de navigation, les données d'utilisation ou de géolocalisation ou bien encore les interactions avec les réseaux sociaux ainsi que les données nécessaires pour pouvoir utiliser les espaces commentaires de notre service).

En cliquant sur "Tout Refuser", seuls les cookies/traceurs techniques (strictement limités au fonctionnement du site ou à la mesure d’audiences) seront déposés et lus sur votre terminal. "Tout Refuser" ne vous permet pas d’activer l’option commentaires de nos services.

Pour activer l’option vous permettant de laisser des commentaires sur notre service, veuillez accepter le dépôt des cookies/traceurs « réseaux sociaux », soit en cliquant sur « Tout accepter », soit via la rubrique «Paramétrer vos choix».

Le bandeau de couleur indique si le dépôt de cookies et la création de profils sont autorisés (vert) ou refusés (rouge). Vous pouvez modifier vos choix via la rubrique «Paramétrer vos choix».

OK

RT France utilise des cookies pour exploiter et améliorer ses services.

Vous pouvez exprimer vos choix en cliquant sur «Tout accepter», «Tout refuser» , et/ou les modifier à tout moment via la rubrique «Paramétrer vos choix».

Pour en savoir plus sur vos droits et nos pratiques en matière de cookies, consultez notre «Politique de Confidentialité»

Tout AccepterTout refuserParamétrer vos choix