«Ras-le-viol !» : des milliers de féministes défilent contre les violences sexistes (IMAGES)

«Ras-le-viol !» : des milliers de féministes défilent contre les violences sexistes (IMAGES)© Katia Pecnik
Manifestation contre les violences sexistes et sexuelles, à l'initiative du mouvement #NousToutes, le 24 novembre 2018, à Paris.

Des milliers de personnes défilent à Paris et dans toute la France pour dire «stop» aux violences sexistes et sexuelles, réclamer aussi la fin de «l'impunité des agresseurs» et «des moyens financiers suffisants», à l'appel du mouvement #NousToutes.

«Stop aux violences sexistes, stop à l'impunité» : des milliers de femmes et d'hommes sont descendus dans les rues ce 24 novembre à l'appel d'un collectif citoyen, baptisé #NousToutes, qui espérait un «raz-de-marée féministe», un an après la vague #MeToo. En même temps qu'ont lieu les manifestations de Gilets jaunes, les défilés féministes se tiennent dans une cinquantaine de villes dont Marseille, Lyon, Toulouse, Lille, Grenoble, Nantes, Paris. Ces manifestations devaient se parer de violet, code couleur choisi par le mouvement organisateur.

Selon l'AFP, à Rennes, plusieurs centaines de personnes ont marché en fin de matinée derrière des banderoles de tête «Ras-le-viol !» et «Stop aux violences sexistes, stop à l'impunité». 

Des manifestants portaient des pancartes clamant «on veut des droits, pas des roses», «abuse de l'amour, pas des femmes», «facho, macho, ils nous cassent le clito»...

«C'est très important d'être là aujourd'hui, de rendre visibles les violences sexistes et sexuelles» car même si «on en entend parler tout le temps, sans arrêt [...] elles ne sont pas toujours suffisamment visibles auprès du plus grand nombre», a expliqué à l'AFP Iris, 20 ans, membre du collectif #NousToutes35.

Pour Tanguy, un étudiant de 19 ans, «c'est un mouvement qui n'a pas de sexe, ce n'est pas un combat des femmes contre les hommes mais un combat des hommes et des femmes, ensemble, contre les inégalités».

«Mobilisation inédite»

«Cette mobilisation est inédite» dans son ampleur, a souligné sur France InterCaroline De Haas, l'une des instigatrices de ces marches féministes. «D'habitude», à l'occasion de la Journée internationale pour l'élimination des violences faites aux femmes, le 25 novembre, «on est quelques centaines, quelques milliers. Là, on va être partout en France des dizaines de milliers de personnes», a poursuivi la militante féministe.

A Paris, le défilé est parti à 14h d'Opéra en direction de la place de la République, pour réclamer la fin de «l'impunité des agresseurs», ainsi que «des mesures ambitieuses et des moyens financiers suffisants pour que l'action publique mette la lutte contre les violences en top des priorités».

Créé en septembre et porté par plusieurs associations, le mouvement #NousToutes veut «passer du témoignage à l'action», un an après #MeToo, qui a fait bondir de 23% le nombre de cas de violences sexuelles signalées à la police, et six semaines après la mobilisation d'un millier de femmes à Paris autour de Muriel Robin. La comédienne est d'ailleurs présente, aux côtés d'autres actrices comme Eva Darlan et Vanessa Demouy ou de la responsable CGT Sophie Binet.

En France, en 2016, 123 femmes ont été tuées par leur conjoint ou ex-compagnon, soit environ une tous les trois jours. Chaque année, près de 220 000 femmes subissent des violences de la part de leur conjoint ou ex-compagnon, selon des chiffres 2017 officiels, rapportés par l'AFP. De plus, plus de 250 femmes sont violées chaque jour, et une sur trois a déjà été harcelée ou agressée sexuellement au travail.

Le président Emmanuel Macron avait décrété l'égalité femmes/hommes «grande cause du quinquennat», lors d'un discours à l'Elysée.

Mais pour Caroline De Haas, «s'il n'y a pas d'argent, les politiques publiques ne suivront pas». «En Espagne, ils ont sorti un milliard d'euros supplémentaire en cinq ans pour en finir avec les violences. En France, il faudrait deux milliards», lâche-t-elle.

Les fonds consacrés à aider les femmes victimes de violences conjugales devraient être portés à au moins 506 millions d'euros par an, contre 79 aujourd'hui, ont plaidé cinq organisations, dont la Fondation des femmes, le Haut Conseil à l'égalité entre les femmes et les hommes (HCE) et le Conseil économique, social et environnemental (CESE).

Des centaines de personnalités, de syndicalistes et de femmes journalistes ont annoncé dans des tribunes se joindre au mouvement.

Le leader de La France insoumise (LFI), Jean-Luc Mélenchon, a notamment fait le déplacement à la manifestation parisienne.

A Paris, les hommes sont cependant exclus d'un «petit espace non-mixte» pour rassurer des «femmes victimes de violences diverses qui ne se sentaient pas à l'aise à l'idée de défiler avec des hommes autour d'elles», selon Marion Schaefer, coorganisatrice de #NousToutes. Une initiative critiquée sur les réseaux sociaux, y compris par des militantes féministes.

Convergence avec les Gilets jaunes

Certains manifestants, pour ne pas choisir entre la mobilisation des Gilets jaunes qui a lieu au même moment, ont décidé de rassembler leurs revendications, à l'image de Claudie, mère de deux enfants qui manifeste à la fois contre la baisse du pouvoir d'achat et les violences contre les femmes avec un gilet jaune et violet.

Cette convergence s'est manifestée aussi à Montpellier où des Gilets jaunes ont formé une haie d'honneur aux personnes participant à la manifestion #NousToutes contre les violences sexistes et sexuelles. 

Lire aussi : Un Français sur deux estime que le mouvement #Metoo n'a rien changé

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

En cliquant sur chaque option, vous pouvez contrôler l'activation ou la désactivation du dépôt des cookies et de la création des profils : le bandeau de couleur indique si le dépôt de cookies et la création de profils sont autorisés (vert) ou refusés (rouge). Les cookies techniques (cookies de session, d'authentification et de sécurité) sont indispensables au bon fonctionnement de nos services et ne peuvent être désactivés.
OK

Ce site utilise des cookies.

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation, de la part de RT France et de tiers, de cookies et autres traceurs à des fins de mesure d'audience, partage avec les réseaux sociaux, personnalisation des contenus, profilage et publicité ciblée. Pour paramétrer l’utilisation des cookies veuillez accéder dans la rubrique «Paramétrer vos choix» et pour plus d’informations, nous vous invitons à consulter la rubrique «Politique de Confidentialité»