Caroline de Haas : «L'Etat français est complice de ces crimes de masse que sont les viols»

Caroline de Haas : «L'Etat français est complice de ces crimes de masse que sont les viols»© ALAIN JOCARD Source: AFP
Caroline de Haas

La militante féministe charge la France. Pour elle, les viols constituent «un problème de masse». Ainsi, elle atteste que «l'Etat français est complice de fait [...] parce que l'on sait comment faire pour les arrêter et on ne le fait pas».

Caroline de Haas, militante qui se définit comme féministe, se lance dans une croisade contre la France ou plus précisément «l'Etat français». Après l'engouement de #BalanceTonPorc sur les réseaux sociaux dénonçant les harcèlements et violences sexuelles contre les femmes, Caroline de Haas s'est montrée particulièrement incisive le 13 février sur France Info.

Estimant qu'«il y a plus de 200 viols par jour en France», Caroline de Haas «considère qu'on est face à un crime de masse dans notre société [puisque seuls] 2% des violeurs seront condamnés». «Quand est-ce que l'on va dire que l'Etat est complice de cette situation ?», se scandalise-t-elle.

Pour Caroline de Haas les problèmes viennent du système français. «La justice ne fait pas correctement son travail, les hôpitaux n'accueillent pas correctement les femmes victimes...», assure t-elle, ciblant également la mauvaise qualité des prises en charge dans des «dizaines» de commissariats.

C'est «un problème de masse. On est dans une méconnaissance de l'ampleur des violences», argumente-t-elle avant de dénoncer la France : «Je considère que la France, l'Etat français, est complice de fait de ces crimes de masse que sont les viols. Complice parce que l'on sait exactement comment il faudrait faire pour les arrêter et on ne le fait pas. on ne met pas les moyens sur la table», juge-t-elle.

Lire aussi : Zone non-mixte, chants et pancartes : des manifestants dénoncent le harcèlement en France (IMAGES)

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies. Cliquez ici pour en savoir plus.

Accepter