Hausse exceptionnelle des péages : les automobilistes à nouveau ponctionnés

Hausse exceptionnelle des péages : les automobilistes à nouveau ponctionnés© Pascal Rossignol Source: Reuters
Les automobilistes paient une facture de plus en plus lourde sur les autoroutes (Photo d'illustration au péage de Thun-L'Evêque).

Le gouvernement a donné son feu vert aux sociétés d'autoroutes pour des augmentations exceptionnelles du tarif des péages dès 2019, afin de financer le programme de 700 millions d'euros de travaux prévus. De quoi alimenter la grogne du 17 novembre ?

De nouveaux tarifs entreront en vigueur le 1er février 2019 pour les péages autoroutiers. Le Journal du Dimanche a fait savoir le 11 novembre que le gouvernement avait autorisé les sociétés privées d'autoroute à appliquer des augmentations exceptionnelles, qui seront additionnées à l'inflation – cette dernière n'étant pas encore connue.

Selon les chiffres de l'AFP, les majorations seront comprises entre 0,1% et 0,39%. En août, le ministère des Transports avait donné son feu vert à un programme de 700 millions d'euros de travaux sur les autoroutes concédées. Les automobilistes paieront «la majorité» de la note, selon le JDD.

Les travaux en question concernent 23 bretelles d'autoroutes, ainsi que «des aménagements pour la réduction de l'empreinte environnementale» (ouvrages de franchissement de la faune, traitement des eaux de ruissellement, etc.) et l'aménagement de 4 500 places de parkings de covoiturage.

Deux avenants ont été publiés au Journal officiel en date du 8 novembre, mettant à jour les conventions passées entre l'Etat et les sociétés d'autoroutes ASF et Escota (Vinci Autoroutes) d'une part, APRR et Area (Eiffage) d'autre part, comme l'a relevé le JDD.

Contacté par l'AFP, le ministère des Transports a affirmé que «les tarifs 2019 n'étaient pas encore arrêtés», soulignant que «de façon générale, les tarifs sont chaque année une stricte application des contrats conclus depuis plusieurs années entre l'Etat et les sociétés concessionnaires.»

Particulièrement remonté depuis plusieurs années contre la gestion des autoroutes par le privé, le député de l'Essonne Nicolas Dupont-Aignan a de nouveau dénoncé à cette occasion le «racket» contre les automobilistes. «Depuis 2006 je dénonce la privatisation des autoroutes [payées par le contribuable] au profit des concessionnaires !», s'indigne-t-il dans un tweet du 11 novembre.

Sur Facebook, plusieurs groupes citoyens de «Gilets jaunes», qui appellent à manifester le 17 novembre pour protester notamment contre les taxes sur le carburant, ont relayé l'information. Nul doute, la décision gouvernementale a peu de chances de faire dégonfler la colère.

Lire aussi : A Albert, des «gilets jaunes» interpellent Macron avant son arrivée, ils se font évacuer (VIDEO)

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies. Cliquez ici pour en savoir plus.

Accepter