Accusé d'avoir censuré des appels à la mobilisation contre la hausse du carburant, Facebook dément

Accusé d'avoir censuré des appels à la mobilisation contre la hausse du carburant, Facebook dément© Benoit Tessier Source: Reuters
Des automobilistes dans une station-service parisienne lors du blocage des dépôts pétroliers, le 26 mai 2016 (image d'illustration).

Capture d’écrans à l’appui, plusieurs internautes, ayant appelé à une mobilisation contre la hausse des prix du carburant, accusent Facebook d’avoir supprimé leurs publications. Le réseau social se défend de son côté de toute censure.

Facebook aurait-il censuré des publications appelant à une mobilisation nationale le 17 novembre prochain, pour protester contre la hausse des prix du carburant ? Pour certains internautes, à l’origine de groupes appelant à des opérations escargot et de blocage des routes à travers le France, cela ne fait aucun doute. Sur le réseau social, les accusations se sont succédées. «Après la censure du groupe pour la mobilisation et la manifestation à Toulouse, c'est au tour de la Charente-Maritime de subir la suppression de leur événement […] Honteux. La preuve sous vos yeux. J'ai pu sauver quelques [captures d’écran]…», s’est par exemple insurgé un internaute le 25 octobre.

Contacté par France Info, un internaute du nom de Thomas Leroyer, dit avoir constaté qu'une mobilisation prévue à Toulouse avait été supprimée quelques instants après sa mise en ligne : «Je ne crie pas au complot, mais je pense que c'est possible que Facebook ait supprimé l'événement [par peur du] mécontentement populaire.» Pour autant, il n’écarte pas la possibilité qu’un autre administrateur de l'événement sur Facebook soit à l’origine du blocage.  

En outre, le site Actu.fr s’était fait l’écho dans un article publié le 29 octobre, de la disparitionde plusieurs appels aux blocages sur le réseau social : deux à Toulouse, un à La Rochelle et un à Rodez.

Face aux accusations de censure, la filiale française de Facebook a démenti auprès de France Info toute opération de censure et a assuré que parmi les quatre événements cités par Actu.fr, «trois [avaient] été annulés par l’un des administrateurs et un autre [avait été] supprimé avec le profil de son créateur.»

Pétitions en ligne, gilets jaunes et engagements politiques

En attendant, la grogne se traduit sur le terrain à la suite de ces mobilisations sur les réseaux sociaux et de pétitions en ligne. Pour exprimer leur mécontentement face à la hausse des prix du carburant, des automobilistes se sont mis à placer un gilet jaune sur leur tableau de bord, comme le rapporte Capital ce 30 octobre.

Côté politique, le Rassemblement national (RN) a relayé un appel à la manifestation contre la hausse du prix du carburant le 17 novembre dans l'ensemble du pays.

Nicolas Dupont-Aignan, président de Debout la France (DLF), a quant à lui déclaré soutenir «les initiatives citoyennes de mobilisation face à cette injustice».

Lire aussi : «Censure politique» ?: Facebook supprime plus de 800 pages dont des médias alternatifs très suivis

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies. Cliquez ici pour en savoir plus.

Accepter