Pour encourager le vote aux européennes, le gouvernement diffuse une campagne comportant des erreurs

Pour encourager le vote aux européennes, le gouvernement diffuse une campagne comportant des erreurs© Charles Platiau Source: Reuters
Votants aux élections européennes à Fontenay-sous-Bois en 2014.

Le gouvernement, désireux d’inciter les Français à se rendre aux urnes pour les européennes en mai 2018, a élaboré la campagne d’information #OuiJeVote. Problème : ses infographies concernant les élections et le Parlement étaient émaillées de fautes.

Les méandres de Bruxelles et de Strasbourg ne sont pas opaques que pour les citoyens du Vieux Continent. Lorsqu'il a voulu exhorter les Européens à se rendre aux urnes, le gouvernement a échoué à transmettre des informations parfaitement fiables aux votants. Sa campagne d’information #OuiJeVote, lancée le 22 octobre, comportait des erreurs, raillées sur les réseaux sociaux, de sorte que des corrections ont dû être apportées.

 

«En mai 2019, l’Europe changera. En votant, vous décidez comment», assure la campagne. Pour mieux détailler les enjeux du scrutin, du rôle des parlementaires européens à la tenue des élections, les services du gouvernement ont mis au point quelques infographies sur un site dédié. Elles ont été bien vite scrutées par les internautes, qui ont en fait leur miel sur les réseaux sociaux, réagissant à diverses erreurs. Les services de Matignon ont dû prestement procéder à quelques modifications.

La première portait sur les critères à remplir pour pouvoir déposer son bulletin : le site assurait qu’il fallait être français pour voter aux européennes depuis le territoire français. Faux, s’est insurgé sur Twitter Adil Choukri, conseiller municipal de Béziers. Il suffit d’être citoyen de l'Union européenne et de pouvoir prouver que la France est son pays de résidence. En outre, un ressortissant français résidant à l'étranger n’est pas autorisé à voter pour la liste d'une circonscription française aux élections européennes.

Une autre erreur portait sur les eurodéputés. Le site dédié prétendait que les députés européens français avaient pour mission de «représenter la France au Parlement européen» et de «favoriser l'influence française». Hic : les prérogatives des élus du Parlement européen consistent à défendre les intérêts de l’Europe et non pas du pays dont ils sont issus, comme l'a soulevé la chercheuse Sandrine Roginsky.

Le Service d'information du gouvernement (SIG) a reconnu auprès du Journal du Dimanche des problèmes «d'interprétation sur certaines formulations trop imprécises», dues selon lui à la «vulgarisation». Les voies de l’Europe, souvent décriée pour la complexité de ses règlements, seraient-elles impénétrables au commun des mortels ?

Lire aussi : Tous des «faussaires» ? Griveaux charge l’opposition à LREM en vue des européennes

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

En cliquant sur chaque option, vous pouvez contrôler l'activation ou la désactivation du dépôt des cookies et de la création des profils : le bandeau de couleur indique si le dépôt de cookies et la création de profils sont autorisés (vert) ou refusés (rouge). Les cookies techniques (cookies de session, d'authentification et de sécurité) sont indispensables au bon fonctionnement de nos services et ne peuvent être désactivés.
OK

Ce site utilise des cookies.

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation, de la part de RT France et de tiers, de cookies et autres traceurs à des fins de mesure d'audience, partage avec les réseaux sociaux, personnalisation des contenus, profilage et publicité ciblée. Pour paramétrer l’utilisation des cookies veuillez accéder dans la rubrique «Paramétrer vos choix» et pour plus d’informations, nous vous invitons à consulter la rubrique «Politique de Confidentialité»