Victoire des Bleus : Macron a réussi sans trop de récupération politique selon Barbier... Vraiment ?

Victoire des Bleus : Macron a réussi sans trop de récupération politique selon Barbier... Vraiment ?© FRANCK FIFE Source: AFP
Emmanuel Macron félicite chaleureusement Antoine Griezmann après le match France - Croatie

Christophe Barbier s'est félicité de l'attitude d'Emmanuel Macron après la victoire française. Mais nombre d'internautes ont pointé du doigt l'hyper-enthousiasme affiché par le président pour les prouesses des Bleus.

Explosion de joie dans les fan zones, gigantesques marées humaines déferlant dans la capitale, drapeaux tricolores aux fenêtres, Marseillaise entonnée aux coins des rues – tumulte cadencé par les bruits de klaxon : la victoire de l'équipe de France lors de la finale du Mondial a déclenché de spectaculaires vagues d'enchantement dans l'Hexagone, entachées néanmoins de diverses scènes de violence. Ces liesses populaires constituent une véritable aubaine pour tout responsable politique qui souhaiterait surfer dessus...

Si une telle opportunité n'avait pas été négligée par le chef de l'exécutif lors de la Coupe du monde de 1998, qu'en a-t-il été pour Emmanuel Macron ?

«Il a réussi sans trop faire de récupération politique»

Au lendemain de l'exploit des Bleus, l'éditorialiste et ex-directeur de rédaction de L'Express Christophe Barbier a estimé qu'Emmanuel Macron, «vrai politique qui sait avoir des messages qui dépassent l'instant», avait passé cette étape de la finale du Mondial «sans trop faire de récupération politique». 

L'analyse de Christophe Barbier pourrait toutefois être nuancée au vu de l'omniprésence médiatique d'un président de la République qui s'est montré – comme nombre de Français – ouvertement enflammé par l'événement. Fidèle à la promesse d'assister aux deux derniers matches des Bleus en Russie, s'ils accédaient à la demi-finale (décision qui fût prise au détriment de l'annonce du plan pauvreté, prévue mi-juillet), le président est en effet apparu comme passionné par les prouesses des Bleus.

Les Français ont ainsi pu assister à son explosion de joie lors du but de Samuel Umtiti en demi-finale contre la Belgique...

... ou constater son enthousiasme débordant lors de la finale victorieuse pour les Bleus.

Ces images, dont certaines relayées par le compter Twitter d'En Marche!, ont été commentées généreusement dans le paysage médiatique français – y compris parfois par RT France.

Formidable proximité entre Macron et les Bleus

Au-delà de ses comptes Twitter et Facebook officiels, sur lesquels l'équipe de communication du président a déjà prouvé sa capacité à promouvoir des scènes filmées potentiellement virales, Emmanuel Macron a bénéficié de relais sur les réseaux sociaux dans le monde du football.

Une vidéo virale, retraçant la visite du chef de l'Etat français dans les vestiaires des Bleus après la finale, a ainsi été initialement postée sur le compte Instagram du footballeur Paul Pogba, selon Le Parisien. Dans cette séquence, Emmanuel Macron adopte un ton à la fois amical et paternel, et attire l'attention des vainqueurs de la Coupe du monde sur un invité spécial : «Les enfants... Je voulais vous dire quelque chose.» Le président de la République présente alors un soldat français, l'adjudant-chef Cabrita, lourdement blessé lors d'une intervention au Mali, qui avait prié le président de confier aux Bleus, que ceux-ci avaient «fait rêver un petit Français» comme lui. Un militaire fan de l'Equipe de France, donc, qui a pu grâce à Emmanuel Macron rencontrer ses idoles.

Fort en émotions, le discours du président, rythmé par de petites touches d'humour séduisant son auditoire, est vigoureusement applaudi par l'équipe de France. 

Autre relai «bleu» d'Emmanuel Macron durant le Mondial : Benjamin Mendy‏. Le joueur a diffusé une vidéo montrant le président de la République réaliser un «dab» près de lui.

Récupération... par procuration ?

Emmanuel Macron tirera-t-il profit de la couverture, par les médias, de son enthousiasme pour les réussites de l'équipe de France et de sa proximité avec elle ? C'est en tout cas un sujet qui mobilise les internautes, qui sont nombreux à étudier cette question sur les réseaux sociaux.

Aussi, présentant un point de vue diamétralement opposé à l'analyse de Christophe Barbier, l'économiste Thomas Porcher, sur le ton de l'ironie, s'interroge : «Bientôt on va nous dire que ce sont les Bleus qui doivent féliciter Macron et pas l’inverse. Vous la voyez la grosse ficelle ou pas ?» Et l'économiste de présenter à l'appui de son commentaire, des titres et accroches d'articles émanant de la presse française : «Et si Emmanuel Macron était la vraie star de la finale de la Coupe du monde ?», s'interroge 20 Minutes ; «Macron magique dans le vestiaire», selon Europe 1 ; «Le show Macron lors de la finale», titre L'Express ; ou encore «La folle soirée d'Emmanuel Macron», décrite par Le Parisien.

Prestance présidentielle : un rêve bleu capable d'estomper les vents défavorables ?

En cette période de sondages impitoyables pour l'action du président de la République, un regain de popularité dû au Mondial de football ne serait pas pour déplaire à Emmanuel Macron.

20 ans plus tôt, le président Chirac était en tout cas parvenu à attirer sur lui une part de la magie des Bleus. Le chef de l'Etat s'était alors appliqué à afficher sa proximité avec les joueurs d'Aimé Jacquet, comme on peut le voir dans cette très courte vidéo, où il s'approche chaleureusement, maillot tricolore sur les épaules, de Laurent Blanc.

Faisant la «ola» dans les tribunes, fêtant la victoire parmi les champions du monde, le président était parvenu à bénéficier de l'exploit des Bleus, même sans les réseaux sociaux : après avoir perdu près de 10 points de popularité entre mars et juin 1998 dans les sondages, Jacques Chirac avait bénéficié d'un rebond spectaculaire de sept points au cours du Mondial. La victoire des Bleus lui avait permis d'atteindre un taux de popularité de 59% au mois de juillet.

Emmanuel Macron connaîtra-t-il le même sort ? Les prochains sondages en témoigneront. En attendant, le média parodique «Le Gorafi» n'a pas tardé à ironiser sur le sujet, le 15 juillet, imaginant que le chef de l'Etat français avait été contrôlé positif à un «dépistage de récupération politique»...

Lire aussi : Deux métiers difficiles ? Président et sélectionneur des Bleus : la blague de Macron passe mal

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies. Cliquez ici pour en savoir plus.

Accepter