Manifestation, boycotts : à gauche comme à droite, le 2e Congrès de Versailles de Macron passe mal

Manifestation, boycotts : à gauche comme à droite, le 2e Congrès de Versailles de Macron passe mal© Pool new Source: Reuters
Emmanuel Macron, nouvellement élu en juillet 2017, parcourt la galerie des bustes à Versailles avant de s'adresser au parlement réuni dans l'hémicycle du Palais de Versailles

Sans grande surprise, la deuxième édition du Congrès de Versailles voulue par le président ne suscite pas plus d'enthousiasme chez ses opposants que la première. Les Insoumis prévoient une «manif en ligne» et des élus LR bouderont «le souper du roi.»

Une Coupe du monde favorable aux Bleus, une météo au beau fixe et la Fête nationale dans le viseur : tous les signaux semblaient au vert pour permettre à Emmanuel Macron de réitérer le 9 juillet l'expérience du Congrès de Versailles de 2017 et d'entamer ainsi le redressement de sa courbe de popularité, alors que les sondages affichent une toute petite mine. Pour autant, les responsables politiques d'opposition, de droite comme de gauche, semblent bien résolus à gâcher l'événement voulu par le président de la République...

Manif en ligne pour les Insoumis...

Jean-Luc Mélenchon, chef de file de La France insoumise (LFI) et député des Bouches-du-Rhône, a ainsi prévenu que les élus de son groupe ne participeraient pas à l'événement, qui réunira les deux chambres du Parlement français dans l'hémicycle du Château de Versailles. A la place, les Insoumis organiseront une «manifestation en ligne» afin de protester contre «le monarque».

Ce nouveau monde a tout de l'ancien régime et rien de la République. Ce sera sans nous.

Sur le plateau du grand rendez-vous Europe 1, Jean-Luc Mélenchon a précisé : «On ne va pas en rajouter dans l’agitation […] alors on a décidé de faire une manifestation, on appuie à un endroit et on se trouve comptabilisé. Ce n’est pas un événement de première grandeur, mais on veut introduire en France la culture de la manif en ligne.» 

Les internautes participant à cette manifestation numérique sont invités par LFI à publier des tweets avec le hashtag #MacronMonarc à partir de 14h, le 9 juillet, une heure avant le commencement du discours du président.

Eric Coquerel, député de Seine-Saint-Denis, évoquant le boycott des Insoumis, a lui aussi filé la métaphore royale : «Le monarque Emmanuel Macron recevra de nouveau les représentants du peuple à Versailles. Ils auront le droit d'écouter sa majesté et de lui répondre une fois qu'il sera parti. Ce nouveau monde a tout de l'ancien régime et rien de la République. Ce sera sans nous.»

... et des boycotts à droite

De l'autre côté de l'échiquier politique, le deuxième Congrès de Versailles n'a pas l'air de séduire davantage. Pour le député Les Républicains (LR) de Moselle, Fabien Di Filippo : «C'est juste de la communication politique à 500 000 euros» (plutôt 286 000 euros, selon des révélations du Parisien). L'élu de droite ajoute, au micro de Sud Radio : «Par respect je n'irai pas.» Ses camarades de groupe Pierre Cordier et Julien Dive ont également annoncé qu'ils boycotteraient la journée, comme en 2017.

Je vais déjà subir le discours du trône, alors le souper du roi...

«Je vais déjà subir le discours du trône, alors le souper du roi...» : Bruno Retailleau, président du groupe LR au Sénat, se joint au chef du groupe LR à l'Assemblée, Christian Jacob, pour un autre boycott : celui du déjeuner organisé par Emmanuel Macron, avant son discours de Versailles. Selon Christian Jacob, les élus du parti «ne souhaitent pas servir de faire-valoir à un président de la République qui n'a jamais manifesté la moindre considération pour l'opposition parlementaire.» D'après les informations du Figaro, les vice-présidents du groupe LR à l'Assemblée, Marc Le Fur et Annie Genevard, ainsi que le questeur de la chambre basse du Parlement Eric Ciotti, boycotteront également ce déjeuner.

Le Pen et Dupont-Aignan, opposants absolus mais présents

La présidente du Rassemblement national (RN, ex-Front national), Marine Le Pen, estime que le boycott des événements n'est qu'«un moyen d'exister» et elle se rendra donc à Versailles sans verser trop d'espoir de voir Emmanuel Macron danser sur la même ligne politique qu'elle : «On sait que ça va être probablement un long plaidoyer pour l'Europe fédérale, pour l'intégration européenne, [...] pour le libre-échange absolu, [...] dont il est le meilleur défenseur.»

Le président de Debout la France (DLF), Nicolas Dupont-Aignan, compte également se rendre au Congrès. «Emmanuel Macron méprise profondément les parlementaires mais je ne ferai pas pareil que lui», a-t-il toutefois fait valoir.

Lors de la première édition de ce Congrès de Versailles en 2017, les boycotts et les critiques contre la décorum monarchique n'avaient pas manqué ; les députés communistes et insoumis avaient, déjà, organisé des manifestations et certains Républicains avaient également boudé l'événement.

En pleine polémique autour du report de la réforme de la Santé et du plan de lutte contre la pauvreté, Emmanuel Macron parviendra-t-il à se défaire de l'étiquette de «président des riches» que ses opposants lui accolent parfois ?

Lire aussi : Versailles un jour, Versailles toujours : après un premier Congrès critiqué, Macron est de retour

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies. Cliquez ici pour en savoir plus.

Accepter