Sang, excréments, violences... le syndicat de la prison de Seysses prévient : «Rien ne s'arrangera»

Sang, excréments, violences... le syndicat de la prison de Seysses prévient : «Rien ne s'arrangera»© Stephane Mahe Source: Reuters
Prison de Carquefou près de Nantes, janvier 2018, illustration

Le quotidien sordide des gardiens de la maison d'arrêt de Seysses près de Toulouse est détaillé dans un communiqué du syndicat pénitentiaire UFAP-Unsa, qui alerte sur la détérioration des conditions de travail de la profession.

Une journée en enfer à la maison d'arrêt de Seysses, en grande banlieue de Toulouse : le syndicat pénitentiaire UFAP-Unsa Justice tire le signal d'alarme dans un communiqué décrivant simplement la journée du 26 juin du point de vue des gardiens.

Ce journal de bord, digne d'une fiction américaine, commence ainsi : «Ce mardi matin, dès 8h, un détenu [...] décide d'exprimer son mécontentement [...] en sortant une lame de sa bouche, menace le personnel et se taillade devant eux pour leur prouver sa détermination. Une équipe d'intervention [...] parvient à [le] maîtriser [...] mais au prix de multiples coups de pied, coups de tête et tentatives de coups de lame. [...] L'un d'entre eux est atteint par des projections de sang et est amené à l'hôpital pour application du protocole.»

Mais la journée ne fait que commencer et le spectacle continue au centre de détention : «Peu de temps après [...] un détenu, lors d'une activité "terre-peinture" ajoute une option "théâtre-art moderne" en se recouvrant le corps de peinture et en écrivant sur son support papier : "laissez-moi crever, bande de chiens" [...] il est amené selon sa propre volonté au quartier disciplinaire où les agents [...] veillent à ce qu'il ne tente de jouer avec sa vie. Au lieu de ça, celui-ci décide de poursuivre son activité "terre-peinture" en badigeonnant sa cellule et sa propre personne d'excréments...»

Troisième coup de théâtre en milieu d'après-midi : «Notre célèbre monte-en-l'air qui s'était retrouvé sur les toits de l'établissement [...] est auditionné par la gendarmerie. Alors qu'il est menotté pour limiter les risques, celui-ci parvient à détruire l'ordinateur portable du gendarme ! de retour au quartier, [...] les agents remarquent un bout de ferraille arraché de la grille et façonné type poing américain. Ceux-ci vont le récupérer non sans subir une énième tentative d'agression, crachats et insultes.»

Lassés et inquiets, les syndicalistes préviennent que la situation pourrait se dégrader au cours des prochaines semaines : «Alors que la chaleur s'installe, [...] les agressions s'enchaînent sur l'établissement. Les surveillants font face malgré les risques, la fatigue et la certitude que rien ne s'arrangera.»

Selon une dépêche AFP du 26 juin, le nombre de détenus incarcérés dans les prisons françaises s'est maintenu à plus de 70 000 pour le troisième mois consécutif et en maison d'arrêt, où sont incarcérées les personnes détenues pour de courtes peines ou en attente de jugement, la densité carcérale est de 141%, une des pires moyennes d'Europe.

Lire aussi : A Fleury-Mérogis, la maison d'arrêt des femmes peine à gérer ses détenues djihadistes

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies. Cliquez ici pour en savoir plus.

Accepter