Virginie Calmels, évincée de la direction de LR après ses critiques répétées contre Laurent Wauquiez

Virginie Calmels, évincée de la direction de LR après ses critiques répétées contre Laurent Wauquiez© Eric FEFERBERG Source: AFP
Laurent Wauquiez, président du parti d'opposition Les Républicains (LR), prononce un discours en présence de Virginie Calmels lors d'une convention intitulée «Comment réduire l'immigration», organisée au siège de LR à Paris, le 18 avril 2018

Après avoir attaqué frontalement Laurent Wauquiez, la numéro deux du parti Les Républicains (LR) Virginie Calmels, a été démise de ses fonctions et remplacée par l’ancien ministre délégué aux Affaires européennes de Nicolas Sarkozy, Jean Leonetti.

Laurent Wauquiez a décidé de mettre fin ce 17 juin aux fonctions de Virigine Calmels, vice-présidente déléguée du parti Les Républicains (LR). Plus tôt, dans un entretien publié dans Le Parisien, elle avait une nouvelle fois épinglé le président du parti, l’accusant notamment d’être «uniquement là pour défendre sa propre ligne».

«La dérive continue dans le jeu personnel n’était plus acceptable», a déclaré un membre de l’entourage de Laurent Wauquiez pour expliquer cette décision. La première adjointe d’Alain Juppé à Bordeaux, qui avait apporté en septembre son soutien au président de la région Rhône-Alpes alors candidat à la présidence du parti, a pris ses distances après la publication d’un tract intitulé Pour que la France reste la France, présenté par la présidence du parti le 4 juin lors d’une conférence de presse. Elle avait alors qualifié le tract d'«anxiogène» et «déséquilibré» et évoqué un «dysfonctionnement» au sein du parti.

Son successeur, Jean Leonetti était devenu président du Conseil national, organe censé fixer les orientations politiques du parti, après l'élection de Laurent Wauquiez à la présidence en décembre 2017.

Il est par ailleurs à la tête du Conseil des sensibilités, instance récemment créée par LR dont la mission est de favoriser le dialogue entre les différentes sensibilités qui existent au sein du parti.

Lire aussi : «Les Français n’ont pas envie que leur pays change» : malgré la polémique, Wauquiez assume son tract

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies. Cliquez ici pour en savoir plus.

Accepter