Faire du bénévolat pour toucher le RSA ? Le Conseil d'Etat valide l'idée

Faire du bénévolat pour toucher le RSA ? Le Conseil d'Etat valide l'idée© Christian Hartmann Source: Reuters
Le Conseil d'Etat a donné raison au conseil départemental du Haut-Rhin
Suivez RT France surTelegram

En 2016, le conseil départemental du Haut-Rhin, situé à droite, avait pris une mesure polémique : contraindre les bénéficiaires du RSA à réaliser à sept heures de bénévolat par semaine. Le Conseil d'Etat a rendu un avis positif sur cette décision.

La décision du Conseil d'Etat du 15 juin risque de provoquer un nouveau tollé, une semaine après la phrase choc d'Emmanuel Macron : «On met un pognon de dingue dans les minima sociaux.» La haute juridiction, saisie par le conseil départemental du Haut-Rhin (en majorité à droite), a donné raison à ce dernier lorsque celui-ci a proposé en 2016, une mesure controversée : que chaque bénéficiaire du Revenu de solidarité active (RSA) soit contraint à sept heures de bénévolat.

Néanmoins, peut-on encore parler de bénévolat compte tenu de cette contrepartie financière ? La question n'est, semble-t-il, pas celle-ci pour le Conseil d'Etat. En effet, il estime que si le contrat conclu entre le département et le bénéficiaire du RSA est «élaboré de façon personnalisée», il peut «prévoir légalement des actions de bénévolat à condition qu'elles puissent contribuer à une meilleure insertion professionnelle du bénéficiaire et restent compatibles avec la recherche d'un emploi».

L'actuelle présidente du Département, Brigitte Klinkert (divers droite), a salué cette annonce, le 15 juin sur Twitter: «Le Conseil d'Etat donne raison au Département du Haut-Rhin sur le RSA/Bénévolat ! Une mesure introduite par Eric Straumann qui montre la voie pour de nouvelles façons d’accompagner et réinsérer vers l’emploi».

Eric Straumannn (Les Républicains-LR), président du conseil départemental en 2016, présentait effectivement cette mesure comme un moyen de faciliter l'insertion des bénéficiaires et leur retour vers l'emploi, tandis qu'elle avait indigné les associations venant en aide aux personnes précaires. Le préfet de l'époque avait estimé cette décision illégale et l'avait attaquée devant la justice administrative, qui lui avait donné raison en octobre 2016 et annulé la délibération du conseil départemental, tout comme la cour d'appel de Nancy en avril 2017. La décision du Conseil d'Etat casse ainsi l'annulation de la délibération et renvoie l'affaire devant la cour administrative d'appel de Nancy.

N'attendant pas la parole du Conseil d'Etat, le Haut-Rhin avait déjà mis en place, depuis septembre, un système incitant l'individu au RSA à pratiquer une activité bénévole et à s'engager par contrat à le faire, de manière individuelle et non générale.

Lire aussi : Les propos de Macron sur le «pognon de dingue» que coûteraient les allocations suscitent un tollé

Raconter l'actualité

Suivez RT France surTelegram

En cliquant sur "Tout Accepter" vous consentez au traitement par RT France de certaines données personnelles stockées sur votre terminal (telles que les adresses IP, les données de navigation, les données d'utilisation ou de géolocalisation ou bien encore les interactions avec les réseaux sociaux ainsi que les données nécessaires pour pouvoir utiliser les espaces commentaires de notre service).

En cliquant sur "Tout Refuser", seuls les cookies/traceurs techniques (strictement limités au fonctionnement du site ou à la mesure d’audiences) seront déposés et lus sur votre terminal. "Tout Refuser" ne vous permet pas d’activer l’option commentaires de nos services.

Pour activer l’option vous permettant de laisser des commentaires sur notre service, veuillez accepter le dépôt des cookies/traceurs « réseaux sociaux », soit en cliquant sur « Tout accepter », soit via la rubrique «Paramétrer vos choix».

Le bandeau de couleur indique si le dépôt de cookies et la création de profils sont autorisés (vert) ou refusés (rouge). Vous pouvez modifier vos choix via la rubrique «Paramétrer vos choix».

OK

RT France utilise des cookies pour exploiter et améliorer ses services.

Vous pouvez exprimer vos choix en cliquant sur «Tout accepter», «Tout refuser» , et/ou les modifier à tout moment via la rubrique «Paramétrer vos choix».

Pour en savoir plus sur vos droits et nos pratiques en matière de cookies, consultez notre «Politique de Confidentialité»

Tout AccepterTout refuserParamétrer vos choix