Castaner et les macroniens tendent-ils la main à Wauquiez pour les municipales ?

Castaner et les macroniens tendent-ils la main à Wauquiez pour les municipales ?© Philippe Wojazer Source: Reuters
Christophe Castaner regarde à droite

Après un premier pas vers la droite juppéiste pour les européennes de 2019, La République en marche, via Christophe Castaner, pourrait soutenir des listes emmenées par des candidats du parti Les Républicains lors des élections municipales de 2020.

Interrogé sur Public Sénat le 4 juin pour savoir si La République en marche (LREM) serait en mesure de soutenir des listes des Républicains (LR), Christophe Castaner a répondu : «Bien sûr. Car à La République en marche, nous ne sommes pas un mouvement classique qui considère que tous ceux qui sont en place sont nuls et que nous, parce qu'on arrive, on est meilleurs.»

«Ce pourra être le cas à Toulouse [où le maire LR est Jean-Luc Moudenc], à Bordeaux, je ne sais pas si Alain Juppé sera à nouveau candidat mais ça pourra être le cas partout, je n'exclus rien», a-t-il poursuivi. En effet, à Toulouse Jean-Luc Moudenc compte déjà au sein de son conseil municipal quatre élus LREM, la députée Elisabeth Toutut-Picard, les maires adjoints Franck Biasotto et Sylvie Rouillon-Valdiguié et la conseillère municipale Florie Lacroix.

Un discours complaisant envers LR qui peut être perçu comme contradictoire au vu de ses précédents commentaires lorsqu'il était encore socialiste. Le 7 décembre 2015, il se félicitait ainsi «en tant que socialiste d'être plus républicain que Les Républicains».

Toujours en 2015, Christophe Castaner allait même jusqu'à insinuer que Les Républicains avaient «banalisé, semé la graine de la fleur du mal» que le Front national allait ensuite «récolter».

En septembre 2015, à propos des élections régionales, il réfutait toute alliance avec Les Républicains, qu'il jugeait comme «contre nature».

Il a également multiplié les piques à l'encontre de l'actuel président LR, Laurent Wauquiez le considérant avec Jean-Luc Mélenchon comme «deux faces de la même pièce : opposition de posture et irresponsabilité dangereuse».

Mais le ton semble désormais avoir changé, et LREM fait les yeux doux à la droite depuis plusieurs mois. Emmanuel Macron et Alain Juppé se sont ainsi vus et rapprochés pour une possible alliance à l'occasion des européennes de 2019. Là aussi, par le passé, le marcheur Christophe Castaner n'était pas le dernier pour lancer des piques à l'ancien Premier ministre de Jacques Chirac... avant que celui-ci n'affiche publiquement son soutien aux idées européennes d'Emmanuel Macron.

Extrêmement critique sur cette nouvelle stratégie macronienne, la porte-parole des Républicains, Lydia Guirous, a assuré le 5 juin sur La Chaîne parlementaire : «La seule chose qui est sûre, c'est que nous présenterons partout [pour les municipales] des têtes de liste Les Républicains». «Le reste, c'est de la tambouille assez médiocre, politicienne de LREM, qui peine à avoir des personnalités et un ancrage local», a encore cinglé Lydia Guirous.

Pourtant, selon Le JDD du 20 mai, Laurent Wauquiez fermerait les yeux sur une éventuelle alliance avec LREM pour les municipales, en dépit, là encore, de toutes ses critiques virulentes à l'encontre du pouvoir et des macroniens. Le patron LR aurait ainsi déclaré en interne : «On aura des candidats LR partout, mais on ne se mêlera pas de la composition des listes»... et donc de l'éventuelle présence de macroniens sur les listes ?

Lire aussi : Juppé «en marche» vers Macron pour les européennes de 2019, une position qui divise à droite

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies. Cliquez ici pour en savoir plus.

Accepter