Attaque à Opéra : l'ami de Khamzat Asimov travaillait pour l'Office français de l'immigration

- Avec AFP

Attaque à Opéra : l'ami de Khamzat Asimov travaillait pour l'Office français de l'immigration
Arrestation d'Abdoul Hakim A. le 13 mai 2018 à Strasbourg, photo ©PATRICK HERTZOG / AFP

Dans le cadre de l'enquête cherchant à déterminer si l'auteur de l'attaque du 12 mai à Paris a pu bénéficier de soutiens, un certain Abdoul Hakim A. a été arrêté le 13 mai. Il était surveillé par les services de renseignement pour radicalisation.

Interpellé le 13 mai à Strasbourg au lendemain de l'attaque au couteau de la rue Monsigny à Paris, un ami de l'auteur des faits était employé par l'Office français de l'immigration et de l'intégration (Ofii) de Strasbourg. «[Abdoul Hakim A.]  travaillait depuis janvier en CDD à l'accueil de l'Ofii, un poste qui n'était pas à responsabilités, et son contrat avait été renouvelé jusqu'à décembre 2018», a fait savoir le directeur de l'Office, Didier Leschi, cité par l'AFP. Ce dernier a en outre précisé qu'Abdoul Hakim A. avait été mis à pied ce 15 mai. 

Tous les contrôles légaux auraient été effectués, notamment la vérification du casier judiciaire, lors de l'embauche. «[Il] n'avait pas de casier», a encore précisé Didier Leschi. 

Né à Grozny (Tchétchénie) en 1997, Abdoul Hakim A. a obtenu la nationalité française à l'âge de 13 ans, en même temps que sa mère. Selon l'académie, il a effectué sa scolarité dans le même lycée de Strasbourg que Khamzat Azimov, qui a tué un homme et blessé quatre autres personnes avant d'être tué à Paris le 12 mai dans la soirée.

Abdoul Hakim A. a été transféré le 14 mai au siège de la DGSI, à Levallois-Perret, près de Paris. Le parquet a décidé de prolonger sa garde à vue. Il était suivi par les services de renseignement depuis son mariage religieux avec une Francilienne radicalisée de 19 ans qui avait tenté de partir en Syrie.

L'Ofii est chargé de l'accueil et de l'intégration des personnes immigrées. Il a aussi pour mission la gestion des procédures d'immigration légales aux côtés des préfectures et des consulats, ainsi que le versement des aides au retour.

Lire aussi : Macron, un an au pouvoir face au terrorisme : le «risque zéro» n'existe toujours pas

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies. Cliquez ici pour en savoir plus.

Accepter