Législative partielle en Guyane : Mélenchon tance les résultats en «zone Corée du Nord» de LREM

Législative partielle en Guyane : Mélenchon tance les résultats en «zone Corée du Nord» de LREM© BERTRAND GUAY Source: AFP
Jean-Luc Mélenchon, le 14 février 2018 dans l'hémicycle de l'Assemblée nationale.

Le candidat soutenu par la France Insoumise s'incline dans la 2ème circonscription de Guyane. Dans la commune de Grand Santi, le candidat LREM a fait 98% des voix. Un score qui n'a pas échappé aux diatribes de Jean-Luc Mélenchon.

Son élection avait été invalidée en décembre 2017 par le Conseil constitutionnel car il n'y avait aucun assesseur dans deux des trois bureaux de vote de la ville de Maripasoula : le candidat LREM Lénaïck Adam a de nouveau remporté la législative partielle de la 2ème circonscription de Guyane le 11 mars. Il devance le candidat de la France Insoumise Davy Rimane de 213 voix.

Les résultats, qui doivent être officialisés le 12 mars, donnent le candidat soutenu par Jean-Luc Mélenchon perdant à 8 107 voix contre 8 320. Mais ce sont les résultats de la commune de Grand Santi qui font l'objet de critiques amères de la part des Insoumis. Jean-Luc Mélenchon a ainsi vilipendé le score de 98% réalisé par Lénaïck Adam dans la commune de Grand Santi, qui, «encouragé par le silence complice du parti médiatique», campe selon lui en «zone Corée du Nord».

«On s’est battu humblement, correctement face à un rouleau compresseur. On a fait comme on pouvait avec nos faibles moyens. On apprend, comme a dit Nelson Mandela», a de son côté déclaré le perdant du scrutin, Davy Rimane, à Guyane 1ère.

Aurore Bergé reproche aux Insoumis d'avoir changé de candidat

La députée LREM Aurore Bergé et porte-parole de la République en marche a répondu au candidat malheureux de l'élection présidentielle de 2017 : «Encore une fois, comme à l'issue du premier tour de la présidentielle, vous semblez incapable de reconnaître votre défaite.» Celle qui avait soutenu Alain Juppé puis Emmanuel Macron pendant la campagne présidentielle a ensuite reproché au leader de la France Insoumise d'avoir changé son fusil d'épaule pour cette partielle : le parti soutenait en effet Paul Persdam en juin 2017 (2,44% des voix), avant de se rabattre donc sur Davy Rimane, qui s'était présenté sans étiquette il y a huit mois.

Lire aussi : Guyane : un graffiti anti-blanc entache la campagne électorale à Cayenne

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies. Cliquez ici pour en savoir plus.

Accepter