Sept ans après Fukushima, les anti-nucléaires français interpellent le gouvernement (VIDEO, PHOTOS)

Sept ans après Fukushima, les anti-nucléaires français interpellent le gouvernement (VIDEO, PHOTOS) © STEPHANE DE SAKUTIN Source: AFP
Des manifestants lors du rassemblement anti-nucléaire à Paris, le 11 mars

A l’occasion du septième anniversaire de la catastrophe de Fukushima, plusieurs centaines de manifestants se sont rassemblés place de la République à Paris, pour dénoncer les dangers que présente selon eux le nucléaire.

Sept ans jour pour jour après l'accident nucléaire de Fukushima au Japon, ce 11 mars 2018, plusieurs centaines de manifestants ont souhaité faire entendre leur voix, place de la République à Paris, afin de sensibiliser l’opinion publique à la dangerosité de l’énergie nucléaire – et interpeller le gouvernement sur le sujet.

Les opposants au nucléaire étaient mobilisés à l'appel notamment de l'association «Réseau Sortir du nucléaire», de l'organisation altermondialiste Attac, du syndicat Solidaires et de La France Insoumise (LFI).

Présent sur place à l’instar de nombreux militants associatifs ou politiques, Martial Chateau, administrateur de «Réseau Sortir du nucléaire», a fait part à RT France de son inquiétude de voir le gouvernement «ne pas prendre de décisions» pour fermer certaines centrales nucléaires. Selon lui, les investissements consentis par les pouvoirs publics pour moderniser et sécuriser les réacteurs les plus anciens relèvent d’une «politique stupide d’un point de vue économique» et favorisent «un risque énorme» d’accident en France.

Le rassemblement parisien s’est conclu par une prise de parole de Jean-Luc Mélenchon. Le leader des Insoumis a entre autres plaidé pour un recours accru aux énergies renouvelables, afin de permettre une sortie rapide du nucléaire, dans «l’intérêt général humain».

En novembre dernier, le ministre de la Transition écologique et solidaire Nicolas Hulot avait estimé que la France ne pourrait pas ramener la part du nucléaire dans la production d'électricité à 50% en 2025, comme prévu dans la loi de transition énergétique, évoquant la nécessité de fixer une «date réaliste». Ce volte-face gouvernemental n'avait pas manqué de provoquer la colère des sympathisants écologistes.

Lire aussi : Faille de sécurité : des militants de Greenpeace ont réussi à s'introduire dans un site nucléaire

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

Sondage

Selon vous, la mise en demeure de RT France par le CSA est...

Résultats du sondage

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies. Cliquez ici pour en savoir plus.

Accepter