Les «conneries» de Pécresse, Juppé qui a «cramé la caisse» : les nouvelles révélations de Wauquiez

Les «conneries» de Pécresse, Juppé qui a «cramé la caisse» : les nouvelles révélations de Wauquiez© Thierry Zoccolan Source: AFP
Laurent Wauquiez et Alain Juppé

De nouveaux extraits de l'intervention de Laurent Wauquiez devant des étudiants à Lyon, dont une partie avait déjà fuité, ont été révélés. Dépeignant les députés LREM comme des «guignols», le leader des Républicains n’a pas mâché ses mots.

Après avoir rendu public un extrait sonore enregistré à son insu dans lequel Laurent Wauquiez tirait à boulets rouges sur Nicolas Sarkozy, l’émission Quotidien a révélé le 19 février de nouveaux passages du discours du chef de file des Républicains à l'EM Lyon Business School.

Dans ces nouveaux extraits, Laurent Wauquiez égratigne aussi bien ses adversaires politiques et ses collègues de parti que les organisations syndicales et patronales.

«Vous avez vu les guignols d'En Marche, là ?»

Abordant la question de l’équilibre des pouvoirs, Laurent Wauquiez s’en est ouvertement pris aux députés de la majorité présidentielle. Il a estimé que ces derniers étaient contraints de s’aligner totalement sur l’exécutif. «Vous avez vu les guignols d’En Marche, là ? Ils sont tous avec le petit doigt sur la couture et ils doivent tous voter la même chose», a-t-il lancé. Partant de ce constat, il en a déduit qu’il y avait «une dictature totale en France».

Le but du Medef ? «Encaisser l'argent» 

Déplorant que cinq millions d’euros étaient accordés par la région Auvergne Rhône Alpes, dont il est président, aux associations syndicales, il a assuré : «J'ai été les voir et je leur ai dit qu'avec moi ce serait zéro.»

Le président de LR a ensuite poursuivi : «Et le pire, si on est très honnête, entre nous, c'est que les plus catastrophiques, c'est qui ? C'est le Medef. C'est la CGPME [Confédération des petites et moyennes entreprises]. Eux, c'est pire que tout. Car eux ils n'en ont rien à foutre de savoir si on augmente les cotisations sur les entreprises, si on augmente le truc. La seule chose qu'ils veulent, c'est encaisser de l'argent.»

Valérie Pécresse : «Ah, le nombre de conneries qu'elle peut faire !»

Appartenant à la même formation politique, Valérie Pécresse et Alain Juppé, qui ont par ailleurs maintes fois montré leurs réserves sur la ligne politique conduite par le président des Républicains, n’ont pas été épargnés. Laurent Wauquiez s'est étonné qu'une étudiante sortant de prépa littéraire ait passé le concours des écoles de commerce : «C'est vrai, c'est Valérie qui a mis ça en place ? Ah, le nombre de conneries qu'elle peut faire !», a-t-il raillé.

Alain Juppé : «Il a totalement cramé la caisse»

Quant au maire de Bordeaux, c’est sa politique locale qui a été brocardée par le chef de file des Républicains, qui l'accuse d’avoir «totalement cramé la caisse». «À Bordeaux, il a fait des miracles, Bordeaux est génial, c’est très bien géré, mais il a fait exploser les impôts, exploser la dépense publique et exploser l’endettement. Moi, ma conviction c’est que, quand vous faites ça, vous n’avez à l’arrivée plus aucune forme de crédit […]», a-t-il lancé. Un avis qui ne devrait pas manquer de faire réagir la juppéiste Virginie Calmels, fraîchement désignée numéro deux de LR.

Enfin, l’enregistrement diffusé par Quotidien se termine sur des propos de Laurent Wauquiez qui se sont finalement révélés prémonitoires : «La caractéristique quand on est un élu […] c’est que tout ce que vous dites, à tout moment, peut être utilisé, repris et déformé contre vous. En gros, dans ma vie politique, dès que j’ai plus de deux personnes autour de moi, il faut toujours que je me dise que tout ce que je dis va sortir.»

Lire aussi : Wauquiez élu à la tête de LR : une victoire qui suscite peu d'enthousiasme à droite

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies. Cliquez ici pour en savoir plus.

Accepter