La séance «réservée aux Noirs» organisée par le collectif Mwasi a-t-elle eu lieu ?

La séance «réservée aux Noirs» organisée par le collectif Mwasi a-t-elle eu lieu ?© Marcus Ingram Source: AFP
Photo d'un écran d'une salle de cinéma projetant le film Black Panther (illustration)

Le 16 février, la LICRA annonçait que le groupe MK2 avait annulé une réservation du collectif Mwasi, qui entendait faire visionner le film Black Panther en «non mixité». Mais le lendemain, le collectif a assuré que la séance avait bien eu lieu.

Le collectif afro-féministe Mwasi avait annoncé dès janvier son intention d’organiser le 17 février une projection du film Black Panther en «non mixité», c'est-à-dire destinée aux «personnes noires». Cette projection, d'après des informations rapportées par la ligue internationale contre le racisme et l’antisémitisme (LICRA), consistait en fait en une réservation de groupe pour une séance dans un cinéma MK2 de Paris. 

Or, selon la LICRA, MK2 a fait savoir dès le 16 février que «la séance "réservée aux Noirs" que Mwasi a tenté d'organiser dans [ses] murs» serait finalement bel et bien «ouverte à tous». En d'autres termes, que la réservation de groupe du collectif Mwasi était annulée. 

De plus, selon le journaliste-reporter de RTL Arnaud Toush, le groupe de distribution cinématographique a condamné «ce type d'initiative tant sur le fond que sur la forme» et a assuré qu'il ne programmerait pas «de séance de ce type» dans le salles de son réseau. 

Plus tôt le 16 février, la LICRA avait divulgué le lieu et l'horaire de la séance choisie par le collectif Mwasi : «La LICRA, qui a déjà condamné cette initiative aux relents ségrégationnistes, a appris que cette séance aurait lieu [le 17 février] à 13h au MK2 situé 7, quai de la Loire à Paris dans le XIXe arrondissement et qu'elle serait suivie d’un débat à 16h30 au 3 rue de l’Est dans le XXe arrondissement de Paris.» 

La LICRA avait par conséquent contacté le groupe MK2, lui demandant d'annuler la séance choisie par Mwasi, au nom du respect des «principes universalistes les plus fondamentaux».

Le collectif Mwasi assure avoir réalisé sa «séance»

Néanmoins, dans la soirée du 17 février, le collectif Mwasi a assuré sur Twitter : «Contrairement à ce qui circule, notre séance a bien eu lieu et le débat aussi», sans préciser pour autant dans quel cinéma et dans quel cadre cette séance avait eu lieu.

Plus tôt dans la journée, le collectif avait annoncé sur son compte Twitter avoir envoyé par mail des «informations mises à jour» aux personnes participant à leur projet de séance en «non-mixité».

Le collectif Mwasi avait déjà suscité la polémique en étant à l'initiative, en été 2017, de l'événement «Nyansapo», un festival afro-féministe. Une partie de ce festival était ouverte à tous, tandis que des ateliers étaient réservés exclusivement aux femmes noires. La polémique avait enflé dans les médias, poussant la maire de Paris, Anne Hidalgo, à exiger que ces ateliers non-mixtes soient organisés «dans un cadre strictement privé», hors du lieu public dans lequel festival était organisé.

Lire aussi : Polémique autour d'une projection de film réservée aux Noirs à Paris

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies. Cliquez ici pour en savoir plus.

Accepter