Ni sécession ni abstention : ces anciens socialistes qui tentent timidement d’orienter LREM à gauche

Ni sécession ni abstention : ces anciens socialistes qui tentent timidement d’orienter LREM à gauche© LUDOVIC MARIN Source: AFP
La présidente de la commission des affaires sociales et députée du Pas-de-Calais Brigitte Bourguignon

Pour faire pencher LREM à gauche, une trentaine de députés menés par l'ancienne socialiste Brigitte Bourguignon se réunit chaque semaine pour déterminer comment peser en interne... et en même temps éviter toute opposition avec les instances du parti.

Comment faire entendre la fibre sociale dans la majorité ? C'est la question que se posent une trentaine de députés la République en marche (LREM) issus de l'aile gauche du parti, lors de leur réunion hebdomadaire dans une salle du palais Bourbon.

A leur tête, la présidente de la commission des affaires sociales Brigitte Bourguignon, qui a fait ses armes au Parti socialiste avant de rejoindre la majorité présidentielle. C'est elle qui est parvenu à fédérer les députés autour d'un «pôle social» avec la ferme intention d'incarner «la jambe sociale de la majorité», comme elle le confiait auMonde en janvier. «Je veux que la jambe sociale se fortifie et se muscle pour avoir une politique équilibrée», soutenait-elle, alors que le début du quinquennat d'Emmanuel Macron penche résolument à droite. La députée compte ainsi mettre l'accent, en dehors des questions économiques ou de l'immigration, sur la petite enfance, ou encore sur les question de dépendance.

«Jamais nous ne brandirons la menace d’une abstention»

Pour parvenir à ses fins, l'ancienne socialiste n'a cependant pas l'intention de soulever un conflit et rejette l'idée que son groupe puisse s'apparenter à des «frondeurs», comme cela avait été le cas sous la présidence Hollande. «Jamais nous ne brandirons la menace d’une abstention», a-t-elle ainsi assuré, dans des propos rapportés par Europe 1 le 14 février. Pas question non plus de créer un groupe parlementaire : selon Centre Presse et La Nouvelle République l'idée avait pourtant été suggérée par Jean-Michel Clément, mais le député a depuis fermement démenti avoir fait une telle proposition.

Comment dans ces conditions le «pôle social» compte-t-il avoir un poids dans la majorité présidentielle ? En pesant en interne. En proposant par exemple aux ministères concernés des idées d’amendements ou des pistes de réformes qui se sont fait jour lors de la réunion hebdomadaire du groupe.

Un travail de lobbying qui ne pose aucun problème aux instances dirigeantes de LREM, tant que les députés suivent les consignes de vote du parti au Parlement. «Que cette aile sociale soit un lieu de débat et d’échange, pas de problème. Mais nous avons été élus sur un projet commun de transformation de la société française», expliquait ainsi la porte-parole du groupe LREM  à l'Assemblée nationale Aurore Bergé à Europe 1. «Tout le monde me parait à la fois épanoui dans sa liberté et heureux dans sa discipline», renchérissait le président du groupe, Richard Ferrand.

Lire aussi : Un hiver dans la rue : les déclarations gouvernementales confrontées à la réalité (REPORTAGE)

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies. Cliquez ici pour en savoir plus.

Accepter