Un hiver dans la rue : les déclarations gouvernementales confrontées à la réalité (REPORTAGE)

Un hiver dans la rue : les déclarations gouvernementales confrontées à la réalité (REPORTAGE)© Capture d'écran @RT France
Un SDF d'origine afghane vivant dans une tente sur les quais du Canal Saint-Martin dans le 10e arrondissement de Paris, subissant les températures négatives du mois de février 2018

Les SDF ne dormiront plus dans la rue fin 2017 ; il n'y aurait que 50 SDF sans hébergement de nuit en Ile-de-France... Le gouvernement a multiplié les déclarations sur les sans-abris. RT France est allé voir la réalité sur le terrain, à Paris.

«Je ne veux plus d’ici la fin de l’année avoir des femmes et des hommes dans la rue». Cette généreuse promesse d'Emmanuel Macron en juin 2017 est restée lettre morte et les récentes déclarations du gouvernement sur les SDF ont fait grincer des dents.

RT France est allé chercher des réponses sur le terrain. A la station de metro Jaurès à Paris, s'entassent les tentes d'Afghans sous la neige. Selon une maraude, 450 personnes seraient sans abri dans le seul Xe arrondissement de la capitale. Interrogé par RT France, Eric Pliez, président du Samu social, réagit aux propos du secrétaire d'Etat Julien Denormandie et du député LREM Sylvain Maillard, qui estimaient que seuls 50 SDF dormaient à la rue en Ile-de France. Selon le responsable du Samu social, «plusieurs centaines de personnes, peut-être plusieurs milliers de personnes», seraient en réalité en détresse la nuit. Il s'est également insurgé contre le prétendu «choix» de dormir dehors : «Aujourd’hui, les gens ne vont pas dans les centres parce qu’il n’y a pas de place.» «Sur 1 500 personnes qui appellent le Samu social, seule la moitié obtiendront un hébergement pour la soirée», déclare-t-il.

Lire aussi : Sans-abri : Castaner s’attire les foudres de la Fondation Abbé-Pierre et du Secours catholique

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies. Cliquez ici pour en savoir plus.

Accepter