«Nuit des Noirs» au carnaval de Dunkerque : la Brigade anti-négrophobie monte au créneau

«Nuit des Noirs» au carnaval de Dunkerque : la Brigade anti-négrophobie monte au créneau
Flyer du groupe «La Nuit des noirs», capture d'écran Facebook, compte de la Brigade anti-négrophobie, DR

Après le «blackface» du joueur de football Antoine Griezmann, c'est une tradition du carnaval de Dunkerque qui fait polémique. Un collectif antiraciste dénonce la tenue d'un bal, dont les participants se déguisent en Noirs, façon époque coloniale.

Cela fait 50 ans que des Dunkerquois organisent tous les cinq ans la «Nuit des Noirs», dans le cadre du carnaval de Dunkerque. Mais cette année, leur déguisement – visage passé au noir, collier d'os et pagne en raphia – a alerté la Brigade anti-négrophobie, qui dénonce un événement raciste.

Le collectif antiraciste, né à la suite des émeutes en banlieue de 2005 et dénonçant des formes renouvelées de «racisme d'Etat», reproche à la «Nuit des Noirs» de pratiquer le «blackface», pratique jugée raciste aux Etats-Unis, et de plus en plus considérée comme telle de ce côté-ci de l'Atantique. Raison invoquée : les préjugés qu'elle véhicule, en dépit de son caractère humoristique. Sur Facebook, la Brigade anti-négrophobie annonce son intention de s'inviter au bal qui devrait avoir lieu le 10 mars 2018.

Ce sera pour nous l'occasion de rappeler aux organisateurs/trices que notre couleur de peau n'est pas un déguisement

«Ce sera pour nous l'occasion de rappeler aux organisateurs/trices que notre couleur de peau n'est pas un déguisement et que le blackface ressuscite les années les plus pâles de la #NégrophobieStructurelle», dénonce-t-elle.

Les adeptes de la «Nuit des Noirs», qui organisent un bal en mars 2018 lors du carnaval de Dunkerque, se défendent en avançant une tradition culturelle et déplorent une «méconnaissance de l'esprit de carnaval». «Le déguisement est enfilé depuis l'avant-guerre, inspiré des meneurs de revue de Joséphine Baker», soulignent-ils, cités par le quotidien La Voix du Nord.

Le 17 décembre dernier, le footballeur Antoine Griezmann avait déjà suscité la polémique en publiant une photo où il apparaissait le visage teint en noir. Affirmant avoir voulu rendre hommage aux joueurs de la fameuse équipe de basket des Harlem Globetrotters, le joueur de l'Atletico Madrid avait présenté ses excuses face au tollé suscité sur les réseaux sociaux.

Lire aussi : Racisme, misogynie : ces célébrités reconnues coupables par le tribunal médiatique

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.