Mélenchon estime que le FN et les nationalistes «rament» pour lui en critiquant l'Union européenne

Mélenchon estime que le FN et les nationalistes «rament» pour lui en critiquant l'Union européenne© Bertrand GUAY / AFP
Jean-Luc Mélenchon à l'Assemblée

Le leader de La France insoumise a estimé qu'il fallait «capitaliser» sur le rejet de l'Union européenne, un sentiment qui est selon lui en train de devenir dominant sur le Vieux Continent.

«La ligne politique et mes objectifs n'ont rien à voir avec ceux du FN [Front national] ou des nationalistes. Mais tous ces gens rament pour moi d'une certaine manière, en contribuant à la construction d'un champ culturel où nos mots d'ordre – l'Europe ne protège pas les Français mais les menace – sont en train de devenir dominants. Il faut capitaliser positivement cette colère qui peut être dangereuse», a déclaré Jean-Luc Mélenchon dans un entretien au journal Les Echos le 11 décembre.

Payer des routes aux Roumains et des aéroports aux pays baltes, c'est utile, mais ce n'est pas dans nos moyens

Poursuivant son analyse, le leader de La France insoumise a critiqué les dépenses faites par la France dans sa participation au budget de l'UE : «Nous sommes l'un des derniers pays en procédure de déficit excessif, et dans le même temps nous versons 20 milliards au budget européen pour n'en récupérer que 14 milliards. 6 milliards de dons ! Cela s'appelle une dépense somptuaire. Payer des routes aux Roumains et des aéroports aux pays baltes, c'est utile, mais ce n'est pas dans nos moyens actuels. Dans les années où nous sommes en déficit excessif, nous devrions avoir le droit de garder nos 6 milliards.»

Jean-Luc Mélenchon, qui proposait durant la campagne à la présidentielle de réformer l'Union européenne ou, si cela n'était pas possible, de mettre en place un «plan B» consistant à faire sortir unilatéralement la France des traités européens, appelle toutefois ses partenaires à la raison.

«La France doit redevenir acteur et pas simplement être un "bon élève" de la volonté des autres. On ne peut pas faire l'Europe sans la France. J'adjure qu'on le comprenne : notre nation, sous toutes ses formes, est en danger. Si on ne réagit pas, l'Europe explosera ! La France, comme l'Allemagne, n'ont aucun intérêt à ce chaos», conclut-il.

Lire aussi : Les députés LFI réclament le retrait du drapeau de l'UE à l'Assemblée, préférant celui de l'ONU

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.