Amnesty enquête sur Shell au Nigéria l'accusant de complicité de crimes et de tortures

compagnie-petroliere-shell-accusee-par-amnesty-de-crimes© Utomi Ekpei Source: AFP
Fuites de pétrole dans la région dévastée du Delta en mars 2013, due selon la compagnie Shell à des voleurs d'hydrocarbures.

L’ONG Amnesty International possèderait des documents prouvant que Shell a entretenu une collusion avec les forces armées nigérianes, ayant entraîné le meurtre ou la torture de nombreux opposants à la compagnie pétrolière.

Un rapport explosif de l’ONG Amnesty International, intitulé «Une entreprise criminelle ?», accable le pétrolier anglo-néerlandais Shell. Il compile tous les élements à charge contre le groupe au sujet des violences et des violations des droits humains qui auraient été commises sur le territoire des Ogoni, un peuple indigène vivant dans le sud-est du Nigeria, dans les années 1990. Des milliers de pages extraites de procédures judiciaires, ainsi que de nombreux témoignages et compte rendus de réunions avec des dirigeants prouveraient, aux yeux de l'ONG, que Shell a encouragé la répression et le meurtre d'indigènes vivant à proximité de ses sites d'exploitation.

Shell accusé de collusion avec les autorités

Le rapport explicite le contexte qui était celui du Nigéria au début des années 1990. Avec ses forages dans l’Ogoniland (nom donné au territoire où vit cette population), Shell avait créé une situation intenable pour les tribus locales qui subissaient la pollution de la terre et de la mer. Les Ogonis se sont donc mobilisés au sein d’un mouvement, le Movement for the Survival of the Ogoni People (MOSOP). «Tous les éléments rassemblés indiquent que Shell savait pertinemment que les griefs du MOSOP étaient légitimes et que l'environnement dont dépendait presque totalement l’existence du peuple ogoni était de fait dévasté par la pollution pétrolière», lit-on dans le rapport d’Amnesty International.

Face à la colère populaire, la compagnie pétrolière a annoncé son retrait de la zone en 1993. Toutefois, Shell s’est ravisé quelques mois plus tard et a souhaité ouvrir tout de même un nouveau pipeline, suscitant la colère des Ogoni. Les manifestations ont donc repris.

A l'époque, les exportations d’hydrocarbures du Nigéria représentaient 95,7% des recettes nationales venues de l'étranger. Que vaut la vie des indigènes au regard de cette manne ? Shell et le pouvoir nigérian ont tranché et auraient décidé de concert de poursuivre l'exploitations des ressources pétrolières de la région. 

Le groupe pétrolier a alors cherché à sécuriser la zone. «L’entreprise a sollicité à maintes reprises l'intervention des forces militaires ou de sécurité en pays ogoni pour assurer la protection de ses équipements et de ses activités économiques alors qu’elle connaissait parfaitement les risques auxquels les communautés seraient confrontées», dénonce le rapport. En effet, dès les premières rébellions qui ont suivi le retour de Shell, le sang a coulé. Selon Amnesty, la police militaire aurait tué près de 1 000 personnes et en aurait mis 30 000 autres à la rue en détruisant des villages durant les mois qui ont suivi.

L'ONG accuse en outre Shell d’avoir fourni un support logistique, «comme des hélicoptères, bateaux et cars» à l’armée et d'avoir au moins une fois rémunéré ses services. L'organisation a retrouvé un document attestant que Shell a payé pour créer une unité gouvernementale spéciale afin de «restaurer l’ordre dans l’Ogoniland». Le rapport de l'ONG fait notamment état de liens serrés entre Shell et l'agence de sécurité intérieure du Nigeria, qui auraient permis des échanges d’informations. Shell aurait ainsi pu aider les forces armées à commettre encore plus de violences à l'encontre des activistes du mouvement de contestation. 

Les crimes commis contre les Ogoni ont trouvé leur point d’orgue lorsque neuf hommes, dont le leader activiste Ken Saro-Wiwa, se sont fait exécuter par le pouvoir nigérian en 1995, au terme d'un procès qui fait encore aujourd'hui scandale.

Shell renvoie la responsabilité au gouvernement

Ce rapport est publié dans le prolongement d'un procès intenté en juin 2017 aux Pays-Bas par quatre veuves des Ogonis exécutés, soutenues par Amnesty.

En juin 2017, un porte-parole de Shell s'était défendu dans un mail envoyé à CNN, renvoyant la responsabilité aux autorités locales : «Les exécutions de Ken Saro-Wiwa et de ses compagnons ogonis en 1995 étaient des événements tragiques qui ont été conduits par le gouvernement militaire au pouvoir à cette époque.» Sur son site internet, le groupe évoque le drame : «Nous avons été choqués et attristés lorsque nous avons appris la nouvelle. Shell avait appelé le gouvernement nigérian à accorder sa grâce. A notre grand regret, notre appel et ceux d'autres n'ont pas été entendus.»

Une déclaration de bonnes intentions contestée par Amnesty qui écrit dans son rapport : «Shell a soutenu qu’elle agissait en coulisses pour obtenir la libération de Ken Saro-Wiwa et de ses codétenus, toutefois Amnesty International n’a pas retrouvé la moindre preuve de telles tractations dans les nombreux documents internes de Shell pour la période concernée.»

En 2009, selon l'AFP, accusé de complicité pour l'élimination de Ken Saro-Wiwa, le groupe pétrolier a accepté de payer 15,5 millions de dollars à un groupe de victimes de l'ancien gouvernement militaire nigérian pour éviter un procès. 

Shell déjà acccusé de corruption à hauteur de 1,1 milliard de dollars

Le rapport vient entacher encore davantage la réputation du pétrolier anglo-néerlandais, accusé par deux ONG en avril 2017 d'avoir versé des pots-de-vin à des dirigeants nigérians, notamment à l’ex-président Goodluck Jonathan, selon des informations du quotidien Libération. Dans le cadre de cette enquête, une perquisition avait été menée en février 2016 dans les locaux de Shell à La Haye, aux Pays-Bas. Un rapport de l'ONG Global Witness, spécialisée dans la lutte contre le pillage des ressources naturelles, intitulé «Shell savait», estime qu'1,1 milliard de dollars ont été versés sur un compte ouvert par le gouvernement nigérian.

Shell a nié être au courant d'une possible illégalité de cette transaction, mais des emails obtenus par les ONG montrent que des membres haut placés de la compagnie savaient qu’une partie de l’argent serait versée à des intermédiaires.  

Lire aussi : BP doit payer 18,7 milliards de dollars pour le déversement de pétrole dans le golfe du Mexique

 

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.