Amnesty International accuse Shell de mentir sur le nettoyage du pétrole au Nigeria

Un déversement du pétrole dans le delta de Niger en novembre 2014 Source: Reuters
Un déversement du pétrole dans le delta de Niger en novembre 2014

Alors que le géant pétrolier affirme avoir traité les déversements du brut qui a affecté la vie de milliers de nigerians, l’ONG a visité les lieux pour constater de ses propres yeux les dires de chacun.

Dans son nouveau rapport publié mardi, l’organisation qui défend les droits de l’homme annonce que les conséquences néfastes des accidents sur les installations de Shell ne sont toujours pas prises en compte dans le delta du Niger. Les responsables d’Amnesty qui se sont déplacés dans la région ont constaté que «le sol aux environs du village de Kegbara Dere est toujours souillé de taches de pétrole». Cependant, la société a affirmé qu’elle avait nettoyé cette zone deux fois après un déversement qui a eu lieu en 1970, puis une autre fois, après qu’une enquête de l’ONU en 2011 avait découvert que cet endroit était contaminé massivement.

Bogo, Nigéria Source: Reuters
Bogo, Nigéria

D’après un sous-traitant qui a participé aux derniers travaux de nettoyage, cet effort, de la part de Shell n’a été en réalité qu’un camouflage.

«C’était tout simplement de la poudre aux yeux», a déclaré cette source anonyme à Amnesty. «Nous avons creusé le sol, puis nous l’avons remué pour le remettre en place», a-t-il raconté. Il a aussi expliqué que ces travaux ont permis au pétrole de s’évaporer des couches supérieures des sols affectés, mais la quantité majeure du produit déversé est resté en profondeur et, rien n'a été fait pour l'empêcher de ressortir en surface.

En savoir plus : BP doit payer 18,7 milliards de dollars pour le déversement de pétrole dans le golfe du Mexique

Pour l’ONG, Shell Nigeria n’utilise pas les mêmes standards de qualité que sa société mère européenne. Le rapport dénonce également «l’incapacité quasiment absolue» du gouvernement nigérian, le propriétaire principal de la société, de régulariser l’industrie pétrolière et de protéger les droits de son peuple.

De son côté, Shell Nigeria rejette les conclusions de l’enquête d’Amnesty International, en soulignant qu’il restait «préoccupé à nettoyer tous les déversements» sur ses installations.

En savoir plus : Golfe du Mexique : une plateforme pétrolière prend feu, Pemex confirme une victime (PHOTOS, VIDEO)

En 1993, un mouvement de protestation provenant de la population du delta de Niger, plus précisément de la région d’Ogoniland, a forcé Shell à arrêter de forer du pétrole dans la région. En 2015, les habitants d’un des villages de la région de Bodo ont gagné une bataille judiciaire contre la compagnie et obtenu une compensation de 55 millions de livres sterling (77 millions d’euros) pour les dommages subis par leur communauté depuis le début des opérations de Shell.

Néanmoins, d’après les témoignages des habitants qui ont parlé à Amnesty, la société possède toujours des pipelines et des puits dans cette région qui continuent à dégorger toujours plus de pétrole.

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

Enquêtes spéciales