Polémiques et une audience en baisse : France 2 réfléchit à l'arrêt de «On n'est pas couché»

Polémiques et une audience en baisse : France 2 réfléchit à l'arrêt de «On n'est pas couché» © Loic Venance Source: AFP
Laurent Ruquier
Suivez RT France surTelegram

Les multiples scandales ayant émaillé l'histoire de l'émission de Laurent Ruquier, diffusée depuis 2006, semblent finir par lasser les spectateurs. France 2 envisage désormais la suppression de «On n'est pas couché» de la grille des programmes.

L'émission On n'est pas couché est devenue un rendez-vous phare des amateurs de polémique. Mais face aux altercations à répétition et à une audience en forte perte de vitesse, France 2 envisage de mettre un terme à ce rendez-vous du samedi, selon Les Inrocks.

«L’émission a du mal à évoluer», constate Thierry Ardisson, proche de l'animateur Laurent Ruquier et de la productrice Catherine Barma. «Depuis le mois de septembre, la moyenne flirte avec les 1,23 million de téléspectateurs, soit 18,6 % de part d'audience. Le score le plus bas depuis onze ans», ajoute cette dernière. Il manquerait «un petit truc qui redonne[rait] du souffle de l'émission», selon Serge Khalfon, qui a été réalisateur de l'émission pendant de nombreuses années.

Mais c'est un autre problème qui aurait motivé la réflexion de France 2. Accusations de révisionnisme, débats houleux sur la question d'Israël, clashs entre invités politiques et people, esclandres à répétition... Depuis plusieurs années, les polémiques sont devenues une habitude de l'émission de Laurent Ruquier. Les fortes personnalités choisies par l'animateur pour officier en tant que chroniqueurs, à l'instar de Yann Moix ou Christine Angot, n'ont pas permis d'améliorer l'ambiance sur le plateau.

«Le côté tendu et plombant s’amplifie avec le temps. Ça manque de fiesta», admet Thierry Ardisson. France 2 souhaiterait donc prendre une autre direction. Laurent Ruquier a rendez-vous avec Delphine Ernotte, présidente de France Télévisions, pour discuter de l'avenir de l'émission. Mais, selon Le Monde, son sort serait déjà scellé. «A la tête du groupe, on n’en finit plus de se poser des questions : est-ce que le tout-polémique n’est pas passé de mode ? Est-ce que faire du buzz pour faire du buzz relève d’une mission de service public ? Est-ce opportun de multiplier les clashs sur les sujets de société les plus sensibles ? Et, surtout, le duo Barma-Ruquier est-il toujours le bon ?», affirme le quotidien.

La dernière polémique en date, sans doute l'une des plus vives de l'émission, aura peut-être fait pencher la balance en faveur d'une déprogrammation de l'émission. Marlène Schiappa, secrétaire d'Etat à l'égalité hommes-femmes, avait envoyé un signalement au Comité supérieur de l'audiovisuel (CSA) après une séquence ayant opposé des chroniqueurs de l'émission et Sandrine Rousseau, ex-cadre d'EELV. Plus d'un millier de téléspectateurs en avaient fait de même, jugeant que Yann Moix et Christine Angot avaient largement dépassé les limites en prenant à partie la jeune femme venue témoigner de son expérience en tant que victime d'agression sexuelle.

Raconter l'actualité

Suivez RT France surTelegram
En cliquant sur chaque option, vous pouvez contrôler l'activation ou la désactivation du dépôt des cookies et de la création des profils : le bandeau de couleur indique si le dépôt de cookies et la création de profils sont autorisés (vert) ou refusés (rouge). Les cookies techniques (cookies de session, d'authentification et de sécurité) sont indispensables au bon fonctionnement de nos services et ne peuvent être désactivés.
OK

Ce site utilise des cookies.

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation, de la part de RT France et de tiers, de cookies et autres traceurs à des fins de mesure d'audience, partage avec les réseaux sociaux, personnalisation des contenus, profilage et publicité ciblée. Pour paramétrer l’utilisation des cookies veuillez accéder dans la rubrique «Paramétrer vos choix» et pour plus d’informations, nous vous invitons à consulter la rubrique «Politique de Confidentialité»