L'opposition raille Castaner, candidat unique choisi par Macron pour diriger LREM

L'opposition raille Castaner, candidat unique choisi par Macron pour diriger LREM Source: AFP
Christophe Castaner, porte-parole du gouvernement

A l'issue d'un vote sans suspense, Christophe Castaner devrait prendre la tête de LREM le 18 novembre. Sa candidature, promue par l'Elysée et sans concurrence, fait grincer des dents dans l'opposition et pourrait bien frustrer des adhérents.

Certaines ambitions de renouveau des pratiques politiques semblent plus difficiles à afficher qu'à tenir. La République en marche (LREM) semble en faire la délicate expérience. Alors que certains de ses militants, enthousiasmés par les campagnes et les succès électoraux du printemps et de l'été 2017, commencent à déplorer le manque de démocratie au sein du parti, la candidature unique de Christophe Castaner à la direction de la formation politique prête le flanc aux critiques.

D'autant que, comme le révélait Les Echos à la mi-octobre, c'est le président de la République Emmanuel Macron lui-même qui aurait choisi Christophe Castaner, actuel porte-parole du gouvernement et secrétaire d'Etat chargé des Relations avec le Parlement, pour prendre les rênes de LREM. Or, la formation peine à exister en tant qu'organisation autonome sur la scène médiatique et politique – de quoi susciter les commentaires sarcastiques de plusieurs membres de l'opposition. Ainsi, Luc Carvounas, député Parti socialiste (PS) du Val-de-Marne, s'interroge-t-il sur le «nouveau monde» promis par LREM.

«Pas de vote, pas de consultation, l'Elysée décide !! Il est beau ce nouveau monde!», commente également Sébastien Chenu, député Front national (FN) du Nord.

«La République marche au pas», est le nouveau nom ironiquement proposé à LREM par la sénatrice écologiste de Paris, Esther Benbassa.

Un nonchaloir peu à même d'apaiser les critiques

Du côté de la majorité, certains cherchent à relativiser le caractère unilatéral de la décision. Si «Macron a eu son mot à dire», selon le secrétaire d'Etat Benjamin Griveaux sur Europe 1 le 25 octobre, la candidature de Christophe Castaner serait malgré tout «un choix collectif».

D'autres, en revanche, ne nient pas le rôle présidentiel dans le processus de décision. Interrogée sur le fait que Christophe Castaner est le seul candidat à se présenter à la direction de LREM et qu'il a été choisi par Emmanuel Macron, Nicole Belloubet, ministre de la Justice, répond sans détours : «Oui, et alors ?» La formule qui peut sembler frontale s'explique-t-elle en partie parce que la ministre n'est pas membre de LREM et se sent moins liée à l'opinion que les adhérents peuvent avoir de leur parti ?

Quant à l'intéressé, qui sera élu, sauf coup de théâtre, il ne paraît pas davantage embarrassé par le «fait du prince» que constitue sa promotion au sein de LREM. «L’enjeu, c’est de faire de ce parti quelque chose», annonce Christophe Castaner selon Libération... semblant sous-entendre que LREM n'était rien jusqu'ici. «Le militant de base aura son influence», assure-t-il cependant, sans doute pour rassurer les adhérents qui, en juillet dernier, saisissaient la justice et remettaient en cause les statuts du parti qui les reléguaient au rôle de «supporters».

Une question reste toutefois ouverte : une fois à la tête de LREM, Christophe Castaner conservera-t-il son poste de porte-parole du gouvernement ? Rien ne l'oblige à démissionner mais il a d'ores et déjà fait savoir qu'il ne «pens[ait] pas que le porte-parole [puisse] être le représentant d’un des mouvements politiques présents dans la majorité». Néanmoins, selon sa vision des incompatibilités entre fonctions, ce qui ne serait pas possible pour un porte-parole le serait pour un membre du gouvernement : «Je garderai mes activités ministérielles tant que le Président et le Premier ministre m’en confient la responsabilité», a-t-il assuré pour expliquer qu'il n'entendait pas renoncer à son poste de secrétaire d'Etat.

Lire aussi : Partir en vacances grâce aux indémnités chômage : le petit mot de Castaner qui hérisse l'opposition

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.