Miss Chaudasse, photos de seins, films pornos... : scandale autour des bizutages à la fac de Caen

- Avec AFP

Miss Chaudasse, photos de seins, films pornos... : scandale autour des bizutages à la fac de Caen© Capture d'écran Facebook
Photographies de seins dans un local étudiant de l'université de Caen

La police a décidé d'enquêter après avoir pris connaissance de faits de bizutage à caractère sexuel survenus au sein de la faculté de médecine de Caen. Le week-end d'intégration annuel des étudiants a en outre été annulé.

Une enquête de police a été ouverte après que deux syndicats étudiants ont signalé à la justice des faits de bizutage à la faculté de médecine de Caen, a-t-on appris le 24 octobre auprès du parquet de Caen.

Il s'agira de «faire la lumière sur des faits remontant à l'année dernière», a précisé à l'AFP le procureur de la République de Caen, Carole Etienne. «Des auditions vont avoir lieu», a-t-elle ajouté.

Les syndicats Sud Education et SL Caen (Solidaires Etudiant(e)s) ont été alertés en mars dernier par une affiche annonçant le gala de la fac de médecine. On pouvait y voir des hommes en toge romaine entourant, le sourire aux lèvres, une femme à terre, dénudée et ensanglantée. 

Après avoir obtenu son retrait auprès de la présidence de l'université, les syndicats ont mené une enquête sur les réseaux sociaux et découvert «un bizutage institutionnalisé» sur le groupe Facebook secret de la corporation étudiante de médecine.

Y figurait notamment une liste de 69 commandements à réaliser à chaque rentrée par les étudiants de deuxième année afin de marquer des points, preuves vidéo à l'appui. Distillés au compte-gouttes, ils mélangeaient actions louables («payer un sandwich à un clochard», «faire un don du sang»), blagues potaches et humiliations à caractère sexuel, comme la photocopie de leurs seins par les jeunes filles... jusqu'à la réalisation d'un film pornographique. 

«J'ai fait des choses que je ne faisais pas auparavant, poussée par l'esprit de groupe»

De quoi instaurer «un climat propice aux relations non consenties et agressions sexuelles», selon Clément, du syndicat étudiant SL Caen, qui pointe la «culture du secret» et «l'omerta» régnant au sein de la corporation de médecine, en charge notamment de l'impression des polycopiés nécessaires au suivi des cours. 

«Les étudiants en médecine revendiquent pour beaucoup une sexualité très libre. J'ai fait des choses que je ne faisais pas auparavant, poussée par l'esprit de groupe», témoigne une étudiante dans Ouest-France.

Prévenue par les syndicats, la direction de l'université de Caen a réagi en deux temps, convoquant d'abord la responsable de la corporation de médecine, avant d'annuler le week-end d'intégration prévu ces 27 et 28 octobre. Comme tous les ans, il devait se conclure par l'élection de «Miss Chaudasse».

«Les événements festifs sont généralement bien encadrés. Mais nous ignorions l'existence de ces commandements, réalisés en amont à titre individuel. Certains sont potaches, d'autres illégaux s'ils ont effectivement eu lieu», a déclaré à l'AFP le président de l'université de Caen, Pierre Denise.

Il s'est par ailleurs engagé à mettre en place «un contrôle plus strict» des fêtes étudiantes et «une formation obligatoire pour l'ensemble des responsables des associations étudiantes».

Lire aussi : Flandre : polémique autour d’une brochure pour adolescents recommandant un site explicite

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.