Après ses clashs avec Eric Zemmour, Omar Sy annule la tournée de promotion de son film

Après ses clashs avec Eric Zemmour, Omar Sy annule la tournée de promotion de son film © Bertrand Guay, François Guillot Source: AFP
Eric Zemmour et Omar Sy.

Après que l'acteur Omar Sy a déclaré qu'Eric Zemmour ne devrait plus avoir la parole dans les médias, le qualifiant de «criminel», l'intéressé lui a répondu, le renvoyant à sa proximité avec Harvey Weinstein, accusé d'agressions sexuelles.

D'après Le Parisien, l'acteur Omar Sy a décidé de ne pas poursuivre sa tournée dans les médias destinée à faire la promotion de son prochain film intitulé Knock

«Il ne se rendra pas à l'avant-première du film et a annulé tous ses rendez-vous prévus ce le 17 octobre à commencer par l'émission de Nagui, La bande originale, sur France Inter», peut-on lire dans les colonnes du quotidien. «Il ne faut plus attendre de lui la moindre réaction», a confié l'entourage d'Omar Sy au Parisien le 17 octobre.

Quelques heures avant que cette information ne paraisse, Eric Zemmour avait répondu, aux propos tenus par le comédien à son encontre.

«Il ne faut plus qu'il soit invité car c'est un criminel», avait déclaré quelques jours plus tôt l'acteur à propos d'Eric Zemmour, au micro d'Europe 1, après que le polémiste l'eut qualifié de «guignol» dans l'émission C àvous de France 5.

C'est aussi sur Europe 1 qu'Eric Zemmour a poursuivi le clash interposé. Rappelant qu'il avait certes, comme l'avait évoqué Omar Sy, été condamné pour incitation à la haine pour des propos tenus en 2014, l'écrivain a souligné qu'il ne s'agissait aucunement d'un crime mais d'un délit. Tout en précisant qu'il n'attaquerait pas Omar Sy en diffamation, il a néanmoins tenu à lui adresser une pique. «Omar Sy connaît bien les criminels, lui qui a côtoyé Harvey Weinstein», a-t-il déclaré, en référence au producteur américain, qui a notamment diffusé aux Etats-Unis le film Intouchables, dont Omar Sy est l'acteur vedette.

Le 11 octobre dernier, Omar Sy s'était exprimé concernant le producteur américain accusé d'agressions sexuelles et de viols : «On savait qu'il aimait les femmes, comme beau­coup d'hommes [...] Mais là ce que j'entends, c'est dingue.» 

L'intéressé n'a toutefois pas été condamné pour crime, comme le laisse entendre le raisonnement d'Eric Zemmour, même si une procédure judiciaire est en cours aux Etats-Unis et au Royaume-Uni.

Lire aussi : La Fondation Clinton refuserait de rendre les 100 000 euros de dons d'Harvey Weinstein

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.