Réduction des dépenses : Blanquer annonce un nouveau baccalauréat pour 2021

Réduction des dépenses : Blanquer annonce un nouveau baccalauréat pour 2021© Martin Bureau Source: AFP
Lycéens consultant la liste d'admission au baccalauréat

Le ministre de l'Education nationale Jean-Michel Blanquer a confirmé qu'une réforme en profondeur du baccalauréat était prévue pour 2021, notamment afin d'en réduire le coût. Parmi les pistes possibles : une réduction à quatre épreuves principales.

L'austérité budgétaire mise en place par le gouvernement d'Edouard Philippe n'épargnera pas l'école. Invité sur le plateau de BFMTV le 16 octobre, le ministre de l'Education nationale Jean-Michel Blanquer a annoncé qu'il envisageait une réforme du baccalauréat pour 2021.

La refonte de l'épreuve annoncée par le ministre vient confirmer ce qu'avait déjà évoqué le Premier ministre Edouard Philippe en juillet, lors de sa déclaration de politique générale. Il avait alors clairement expliqué que cette réforme visait notamment à faire des économies. «Nous dépensons bien plus que les autres pays pour le lycée, notamment parce que notre système est rigide et conçu autour du baccalauréat», avait-il martelé face aux députés.

La question du coût de l'épreuve fait débat : si la rue de Grenelle avance celui de 500 millions d'euros, nombre de syndicats ont toujours accusé le ministère de maquiller les chiffres. Une étude publiée en 2013 par le principal syndicat de chefs d'établissement évoquait la somme de 1,5 milliard d'euros. A titre de comparaison, l'Italie dépense environ 70 millions d'euros pour organiser un examen équivalent.

Une promesse commune à Macron, Fillon et Hollande

De son côté, Jean-Michel Blanquer a assuré qu'une «concertation» débuterait dans peu de temps et qu'elle permettrait de dégager de grands axes de réforme pour 2018. Mais le programme d'Emmanuel Macron avançait déjà quelques pistes. L'objectif : diminuer drastiquement le nombre d'épreuves pour ne retenir que quatre matières principales. Le contrôle continu serait alors intégré à la note finale.

De telles mesures figuraient d'ailleurs dans le programme de François Fillon, qui pointait également du doigt le coût jugé trop élevé de l'épreuve pendant la campagne présidentielle. Ces mesures faisaient aussi partie du programme de François Hollande en 2012. Il n'avait finalement pas ouvert ce chantier lors de son quinquennat.

Jean-Michel Blanquer a également avancé la nécessité de faire du baccalauréat une épreuve plus équitable. «Des bacheliers, y compris parmi les plus méritants, se retrouvent exclus par tirage au sort des filières universitaires qu’ils ont choisies ! Où est l’égalité ? Où est le mérite ? Où est la République ?», s'est-il interrogé. Il n'a néanmoins pas précisé comment la réduction du nombre des épreuves devait permettre l'amélioration de l'orientation et de l'affectation des lycéens dans l'enseignement supérieur.

Lire aussi : Promesse de campagne de Macron, le service national universel pourrait être expérimenté dès 2019

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.