«Avez-vous banni le terme Mademoiselle ?» : le ministère du Travail promeut l'écriture inclusive

«Avez-vous banni le terme Mademoiselle ?» : le ministère du Travail promeut l'écriture inclusive
Marlène Schiappa (centre) et Muriel Pénicaud (droite), en mai 2017, photo ©Benoit Tessier/Reuters

Ce n'est qu'une recommandation et il ne s'agit, pour l'heure, que de pédagogie. La ministre du travail Muriel Pénicaud et sa consœur à l'Egalité femmes-hommes ont annoncé la publication d'un manuel de bonne conduite à destination des TPE et PME.

Tout ce qu'il faut savoir pour être un dirigeant de petite entreprise non-sexiste y figure. Le guide intitulé «Egalité femmes-hommes. Mon entreprise s'engage», publié sous la supervision conjointe des ministres Muriel Pénicaud et Marlène Schiappa le 10 octobre 2017, donne la bonne marche à suivre. Une check-list permet même de faire le point et renvoie le lecteur aux pages idoines. «Avez-vous autant de femmes cadres que d'hommes cadres ?», proposent notamment les «auteur.rice.s» du document. «Si non, voir page 40», est-il conseillé. 

«Féminisez-vous les noms de métiers dans les intitulés sur les fiches de postes ? Si non, voir page 39 (Recrutement)», est-il préconisé. «Avez-vous banni le terme "Mademoiselle" de tous vos documents ?», insiste encore le guide. «Impliquez et informez vos salarié.e.s sur les avancées de la démarche», conseille le guide, adoptant les règles de l'écriture inclusive. Celles-ci consistent à féminiser les mots de la langue française en ajoutant la terminaison féminine après un point dit médian. On parlera ainsi non pas d'électeurs, au genre neutre considéré comme sexiste mais d'«électeur.rice.s».

Le gouvernement adopte donc des règles d'écritures jusque-là marginales et propres aux associations féministes. Mais certains acteurs privés ont déjà pris les devants. Suivant les recommandations édictées en 2015 par le Haut Conseil à l'égalité des femmes et des hommes (HCE), l'éditeur Hatier a annoncé début 2017 un manuel scolaire adoptant cette graphie inclusive destiné aux élèves de CE2, lequel a suscité une vive controverse lors de la rentrée scolaire.

Lire aussi : Egalité femmes-hommes : Marlène Schiappa promet un dispositif pour prélever directement les amendes

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.