«Ces gens sont des crétins»: Florian Philippot ne digère pas le couscousgate, le torchon brûle au FN

«Ces gens sont des crétins»: Florian Philippot ne digère pas le couscousgate, le torchon brûle au FN© Charles Platiau Source: Reuters
Florian Philippot, vice-président du FN donne une interview en 2016

Au micro de France Inter, Florian Philippot n'a pas envie de s'excuser pour son envie de couscous, bien au contraire : il qualifie de «crétins» les détracteurs de son propre camp. Marine Le Pen lui demande de choisir entre Les Patriotes et le FN.

L'heure de vérité est-elle venue pour Florian Philippot ? Le numéro deux du Front national (FN) et fondateur de l'association Les Patriotes se trouve en fâcheuse posture : contesté par la base du FN pour une sombre affaire de couscous qu'on lui reproche d'avoir mangé à Strasbourg, il persiste et signe l'affront au micro de France Inter le 18 septembre :

Ces gens sont des crétins. Ceux qui parlent de provocation quand on met une photo de couscous à Strasbourg sont juste crétins.

Et d'ajouter : «Qu’ils se posent des questions. Et qu’on leur fasse goûter du couscous, ils verront que c’est très bon. Je rappelle que ça a été amené en France par les pieds-noirs, ça parlera à certains. Pour le reste, que dire de plus sur tout cela ? C’est désolant, c’est navrant mais ça ne m’empêchera pas de continuer à manger du couscous.»

Patriotes ou FN, Philippot devra trancher

Dans une prise de position rassembleuse, la dirigeante du FN, Marine Le Pen a vraisemblablement saisi cette occasion pour rappeler le vice-président à ses devoirs vis-à-vis du parti. Lors d'un bureau politique à huis clos le 18 septembre, elle aurait demandé à Florian Philippot de choisir entre la présidence de l'association Les Patriotes, qu'il a fondée, et son poste au Front national. Précisant sa pensée au micro de RTL le 19 septembre, elle a déclaré que si aucune solution n'était trouvé, elle prendrait ses responsabilités en tant que présidente du FN.

«On m'a mis un pistolet sur la tempe»

Mais le député européen avait d'ores et déjà annoncé quelques heures plus tôt sur le plateau de France Inter qu'il ne quitterait pas la présidence des Patriotes. Au micro de Jean-Jacques Bourdin sur RMC le 19 septembre, Florian Philippot a assuré que son association visait à une refondation du FN et a estimé que le choix qui lui était donné équivalait à avoir «un pistolet sur la tempe».

Des dissensions profondes

Ce nouvel épisode confirme la fracture entre souverainistes (plutôt du côté de Florian Philippot) et identitaires (sur la ligne du député du Gard Gilbert Collard) au sein du FN. Le vice-président devra bientôt prendre une décision, mais ses prises de parole semblent indiquer que son choix est déjà fait. «Si mon parti, demain, n’est plus souverainiste, je n’ai plus rien à y faire», a-t-il déclaré au micro de France Inter.

Lire aussi : FN : la question monétaire «pas prioritaire» pour Bay, Philippot appelle à «une ligne d'ouverture»

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.